Rejoignez-nous, pour une aventure unique dans le monde des fées ~ ♦ Le forum a désormais 2 ans !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum fermé. La partie RP est en revanche ouverte.

Partagez | .
 

 Tell me who I am

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mystogan
Roi d'Edoras
avatar
Crédits : Pep's / Erza <3 & me
Messages : 143
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 20
Localisation : capitale royale d'Edoras

Fiche de mage
Magie / Arme: Bâtons magiques
Niveau: 18
Expérience:
43/342  (43/342)

MessageSujet: Tell me who I am   Sam 18 Juil - 1:20





Aujourd’hui avait eu lieu, une des rares réunions qui réunissaient les plus puissants personnages d’Edoras. Toutes les personnes qui détenaient le pouvoir magique et politique du pays. Le chef du conseil accompagné par les membres les plus importants de celui-ci, la princesse Fiore et Jellal. C’était une réunion restreinte et fermée mais surtout secrète. Tous étaient venus séparément. Personne n’était au courant en dehors de cette pièce. Aucun subalterne, aucun garde. Il était en effet essentiel que personne n’apprenne ce qui allait être dit autour de cette table. Le problème qui avait mené à cette entrevue était la question des armes magiques. Le conseil avait presque ordonné cette discussion alors que Jellal tentait depuis plusieurs semaines de repousser ce débat.
Il avait beau y penser, il n’arrivait pas à trouver un côté positif à ses armes. Des rapports qu’il avait eu, Etherion avait été utilisé par le conseil alors que ce dernier était manipulé afin d’achever la tour du paradis. Et la dernière création, le portail éclipse n’était pas une grande réussite non plus avec l’invasion des dragons. Et le droma anim fabriqué à Edoras ne donnait pas un meilleur aperçu des utilisations de toutes les armes magiques. Que les bons ou les méchants les possèdent, l’expérience se solda toujours par une catastrophe. Et à l’époque actuelle, Jellal ne voulait plus d’erreur comme celles du passé pour son pays. Il était celui en charge, le protecteur du royaume et il ne laisserai pas ce pays en retomber dans le feu et dans le sang.
Pourtant le conseil était persuadé du bien fondé de posséder des armes comme celle-ci. Ils souhaitaient tout de même l’avis du roi et de la princesse, sûrement anxieux et conscients des erreurs précédentes des anciens conseils.  La princesse avait, elle, montré un avis partagé, sûrement hantée par l’erreur du projet éclipse qui avait conduit son royaume à la destruction et des milliers d’innocents à la mort. Cependant le conseil avait raison sur un point, le pays ne pouvait pas rester sans défense. Entre Tartaros, dont ils ignoraient presque tout et Black Sun qui contrôle une des principales villes d’Edoras, les défenseurs du pays ne pouvait pas rester inutiles et sans défense. Et il existait bien d’autres menaces encore.
La réunion fut alors ajournée et reportée afin de laisser aux différents partis le temps d’y penser et d’évaluer les risques d’une telle décision. Voilà déjà quelques heures que le roi y réfléchissait ainsi dans sa chambre simplement couché sur son lit. Il faisait parfois un aller-retour jusqu’à la fenêtre, il avait besoin de voir et de se rappeler toutes les vies qu’il devait protéger. Sa réflexion étant infructueuse, les doutes paralysant toute initiative de décisions, il sortit de sa chambre et convoqua un garde. Au bout de quelques secondes, celui-ci arriva et le régent l’envoya chercher une personne qu’il savait de confiance et une personne qui avait un regard éclairé sur les armes magiques. Cette personne avait soutenu son père et avait assisté à la fabrication du droma anim. Il savait qu’elle ne révèlera jamais cette information non plus. Ni même sous la torture. Tout ce qui lui dirait, elle l’emmènerait dans la tombe. Une personne qui avait vu la mort et qui avait aussi semé la mort sur son passage. Du moins, il le fallait car le roi était sur le point de briser le secret d’une réunion qui avait nécessité des mois de planification. Un secret si bien gardé et pourtant qui allait être exposé dans quelques minutes.
Alors que la porte s’ouvrit laissant apparaitre une chevelure rouge comme le sang, Jellal n’hésita pas et commença à parler dès son arrivée. Il la fit entrer alors qu’il fermait la porte derrière elle. Il se retourna et alla fouiller dans ses affaires jusqu’à en sortir l’un de ses bâtons magiques. Il le posa à terre lança un sort de sommeil sur tout l’étage du palais où ils se trouvaient. Il avait bien sûr épargné la commandante.

Commandant Knightwalker, j’ai besoin de votre conseil. Tout ce qui se dira dans cette pièce ne sortira pas de cette pièce. Lorsque vous sortirez, cette conversation n’aura jamais eu lieu et plus jamais nous n’en reparlerons. Suis-je clair ? Et j’exige que vous soyez d’une franchise à toute épreuve.

Il inspira et s’assit sur le rebord de son lit laissant le silence devenir le maitre des lieux afin de donner l’occasion à la rousse d’enfin parler. L’approche avait peut-être été un peu brutale mais il savait qu’il en fallait plus pour déstabiliser Erza Knightwalker. Et y avait-il une manière d’insérer une question aussi importante que celle-ci ? La réponse de la commandante allait directement influencer la personne qui allait décider de la protection du royaume. La rousse y était entièrement dévouée, le roi n’avait donc aucun doute que sa réponse servirait au mieux les intérêts du plus grand nombre.

Aujourd’hui s’est tenue une réunion secrète des plus hautes instances de ce pays afin de débattre sur une seule question. Malheureusement, j’ai beau y penser, le problème semble toujours aussi complexe. Je souhaite donc faire appel à votre expertise. Devrions-nous autoriser à nouveau la construction d’armes magiques à un niveau étatique comme le projet Etherion ?


Le regard du roi ne quitta pas le visage de la jeune femme, il était calme, posé et patient. Prêt à écouter ce qu’avait dire la jeune femme. Pendant quelques instants, à partir de ce qu’il connaissait d’elle, il essaya de deviner la réponse. C’est alors qu’une révélation lui apparut sur la personne à qui il avait choisi de faire confiance. La jeune femme avait toujours accompli son devoir et son travail mais elle avait toujours fait pour le réaliser loin du roi. Seul un idiot n’aurait pas compris qu’elle n’approuvait pas sa légitimité. Elle n’hésitait pas à lui dire, à le traiter d’inconscient et de naïf. C’était une des raisons pour lesquelles, il considérait la possibilité des armes magiques. Il ne voulait pas être ce roi naïf qui causerait la perte de son pays car il n’aurait pas su maintenir la paix en préparant la guerre. Pourquoi ne pouvait-elle pas alors le considérer comme son roi ? Il enchaina alors sur une question hors propos mais qui était inclus dans la discussion selon lui. Le choix de la seconde personne du singulier se fit presque par un automatisme. Il voulait abaisser cette limite qu’il y avait entre supérieur et « employé ». Il nécessitait une réponse franche nette aussi douloureuse pouvait-elle être.

Erza, penses-tu que je suis un bon roi ?


Gain d'xp: 10

© Great Thief sur Epicode


Dernière édition par Mystogan le Mer 22 Juil - 16:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erza Knightwalker
Capitaine de la Seconde Division de l'armée
avatar
Crédits : (c) archanemy
Messages : 120
Date d'inscription : 28/12/2014
Age : 20
Localisation : Château d'Edoras

Fiche de mage
Magie / Arme: Magic Spear - Ten Commandments.
Niveau: 24
Expérience:
382/600  (382/600)

MessageSujet: Re: Tell me who I am   Lun 20 Juil - 3:43




La soirée était déjà bien avancée et l'astre laissait des traces oxydées dans le ciel en parfaite symbiose avec l'azur, couvertes par les nébulosités hyalines. Celles-ci prévoyaient de venir voiler le l'immense cercle de lumière pour plonger la cité royale dans une pénombre inquiétante, annonçant de cette façon le début de la nuit. La cour où se déroulaient les entraînements quotidiens des soldats était vide maintenant, la brise soulevant la terre poudreuse et devenue sèche avec la dureté des combats, brunie par quelques gouttes de sang. Les duels, même amicaux, ne sont jamais sans risque quand le fer se croise avec violence. Erza l'avait compris rapidement et l'avait transmis à ses recrues. De toutes les divisions de l'armée d'Edoras, c'était bel et bien la seconde la plus redoutée. Chacune d'elle était le reflet de son commandant. Par exemple, la troisième division était plus ludique, plus mesquine. Elle aimait jouer avec la faiblesse de l'adversaire. Tout comme Hughes. La quatrième était plus stratège, moins violente. Sérieuse et solidaire. Tout comme Sug'. La seconde était la plus crainte. La plus féroce. Elle fonçait droit vers l'ennemi tout en essayant de minimiser les pertes et les actions inutiles. Tout comme Knightwalker. Et la première... Non. Erza ne voulait même pas y penser. Glory était le genre de personne qui la désespérait plus qu'autre chose. Mais il avait au moins la qualité d'être téméraire. Si seulement ça pouvait en être une à plein temps.

L'armurerie. Située dans un coin de la grande cour, la commandante aimait bien y traîner en fin de journée. Personne ne viendrait la déranger. Parfois Hughes ou Sugar passaient aussi afin d'échanger un peu, entre amis plutôt qu'entre capitaines. Le réconfort après l'effort. Mais ce soir, Erza était seule. Méticuleusement, elle inspectait les armes de ses soldats, triant les lames qui étaient à réparer, jetant les irrécupérables et nettoyant rapidement celles qui étaient juste un peu sales. La jeune femme chérissait chacune d'entre elles comme une mère avec ses enfants. Elle se sentait proche d'elles. Après tout, le métal qui les constituait avait vécu les mêmes choses. Elles aussi avaient tranché des membres et des cous. Elles aussi avait vu le sang les recouvrir. Erza était pareille.

Après sa tâche terminée, les lourdes portes se refermèrent dans un sinistre grincement sur les talons de la rouge. Rapidement, elle regagna le château et ses couloirs de pierres. C'était le moment de quitter son rôle de commandant pour revêtir celui de responsable de la garde royale. Faisant tournoyer sa lance entre ses mains, Erza arpenta tranquillement les galeries de la citadelle. Mais un bruit de pas rapide interrompu son tour de garde. Une voix l'appelait et la rouquine se retourna pour apercevoir un jeune homme en armure, aussi membre de la garde, se présenter à elle, essoufflé.

▬ Excusez-moi de vous déranger, Taisho. C'est le roi. Il vous demande de le rejoindre tout de suite dans ses appartements.

L'échine courbée devant Erza, celle-ci le regarda, ses sourcils légèrement froncés et la mine sombre. Pourquoi est-ce qu'il la réclamait de ce pas ?

▬ Tout de suite ? Ça ne peut donc pas attendre ?

Le soldat se redressa, un peu désemparé par la question du commandant.

▬ Eh. J-je... Visiblement pas...

Un soupire agacé passa les lèvres de la jeune femme qui remercia le jeune homme, lui confiant ainsi son tour de garde. Légèrement irritée, elle prit tout de même son temps avant de regagner la suite royale. Ce n'était pas parce qu'il lui ordonnait de le rejoindre immédiatement qu'elle devait se montrer aussitôt à sa disposition. Enfin...C'était juste un prétexte. Erza n'aimait juste pas obéir à son roi.

Finalement, elle entra, sans prendre la peine de frapper. Jellal se précipita alors pour refermer la porte derrière elle et se saisir de l'un de ses bâtons magiques. Un symbole apparu sur le sol et elle comprit ce qu'il venait de faire. Alors qu'elle s'attendait au moins à des salutations pour commencer, le roi alla directement à sa rencontre et lui exposa le problème sans perdre de temps. Ce qui lui voulu un juron silencieux de son soldat.

▬ Commandant Knightwalker, j’ai besoin de votre conseil. Tout ce qui se dira dans cette pièce ne sortira pas de cette pièce. Lorsque vous sortirez, cette conversation n’aura jamais eu lieu et plus jamais nous n’en reparlerons. Suis-je clair ? Et j’exige que vous soyez d’une franchise à toute épreuve.

Surprise par le ton qu'il employait et la vitesse à laquelle il débitait tout ça, elle acquiesça simplement sans se poser plus de question. Ça semblait visiblement vraiment important.

▬  … Bien, majesté.

Le bleuté marcha jusqu'à son lit, se laissant tomber sur le bord pour s'asseoir face à la jeune femme. Il avait l'air... Préoccupé ? Plus que d'habitude. Erza ne pu s'empêcher de s'inquiéter un peu. Était-ce question de guerre ? De conquête ? Ou de la magie qui manquait à nouveau ?  

Aujourd’hui s’est tenue une réunion secrète des plus hautes instances de ce pays afin de débattre sur une seule question. Malheureusement, j’ai beau y penser, le problème semble toujours aussi complexe. Je souhaite donc faire appel à votre expertise. Devrions-nous autoriser à nouveau la construction d’armes magiques à un niveau étatique comme le projet Etherion ?

Un frisson parcourra le dos nu de la commandante. Etherion n'était pas un mystère pour elle. Elle s'était renseignée sur tous les faits importants concernant Earthland afin de connaître ce monde qui se mêlait au sien. Son pays qu'elle défendait ardemment. Au même titre que le Droma Anim, c'était de la folie. L'arme ultime, en soit. Mais c'était une question qui méritait réflexion. Dans tous les cas, il y avait des avantages et désavantages. Tenant son menton entre son pouce et son index, les yeux dans le vide, Erza réfléchissait. Elle était quand même tentée d'autoriser d'avoir une telle arme. L'Etherion restait plus « contrôlable » que le Droma Anim puisqu'il nécessitait l'avis de tout un conseil et de plusieurs personnes pour l'enclencher et le guider. Le Droma Anim, lui, n'avait qu'une place. Et c'était celle du roi. Contrôlé par une seule personne. Une personne avec bien trop d'ambition et de démence.

▬ Erza, penses-tu que je suis un bon roi ?


Quoi ? Pardon ?
Erza faillit sursauter à cette question. Ses yeux se relevèrent aussitôt vers le visage de son roi. Il était d'un calme légendaire, comme à son habituel. Mais ses iris, elles, brillaient d'envie de savoir. Il voulait vraiment qu'elle lui dise ses quatre vérités ? Le commandant, complètement prise au dépourvu, déglutit avec difficulté. Il l'avait également tutoyé, ce qui la déstabilisa davantage. Abaisser son rang au sien, vraiment...
La surprendre de la sorte et lui faire perdre ses moyens tenait plus ou moins de l'exploit. Le roi pourrait en tirer une certaine fierté. Mais son sang froid olympien revint rapidement régner en maître sur sa conscience agitée. Elle reprit contenance et pesa bien ses mots dans sa tête. Si c'est qu'il voulait, bien. Mais qu'il ne s'attende pas à ce qu'elle soit tendre.
Finalement, elle fronça les sourcils et ouvrit la bouche, hésita un instant avant de tout déballer calmement.

▬ Majesté, je ne pense pas être bien placée pour vous juger. J'ai trop de sang sur les mains pour cela. Mais si vous voulez tout de même savoir ce que je pense de vous, soit... Vous êtes un enfant. Naïf, inconscient. Incapable de gérer tout seul ce royaume. Pourtant... Je pense que vous êtes une bonne personne avec de véritables valeurs. Quelqu'un qui va dans le même sens que son peuple et qui est dévoué pour celui-ci. De cette façon, je suppose que vous êtes meilleur que votre père. Enfin, dans ce sens là. Vous avez ce qui lui manquait et il vous manque ce que lui avait.

Erza marqua une pause en baissant la tête au souvenir de l'ancien roi et se mordit la lèvre inférieure. Il avait beau être un tyran, un roi craint, elle avait eu beaucoup d'affection pour celui-ci. Un peu comme un père adoptif. Et elle connaissait mieux que quiconque ses bons côtés qu'il ne montrait malheureusement que rarement. Au fond, elle savait bien qu'il l'avait beaucoup influencé et qu'il s'était amusé à la manipuler pour en faire une machine de guerre redoutable. N'avait-il donc jamais rien ressenti à son égard ? Une question laissée dans un doute éternel.

La jeune femme secoua la tête pour se tirer de ses sombres pensées, agitant sa chevelure folle sur ses épaules. Lentement, ses yeux chocolats vinrent se fixer dans ceux mouchetés d'or du souverain. Et une lueur espiègle les anima alors qu'elle rajouta :

▬ Mais vous restez un idiot à mes yeux.

Et un sourire vint étirer ses lèvres. Le premier qu'elle offrait au roi de façon sincère, aussi minime soit-il. Audacieux et amical à la fois. Mais ce n'était qu'une ombre rapide car son visage retrouva aussitôt son masque impassible pour enchaîner sur la question initiale du roi.

▬  Pour revenir à votre première question... Je le pense, oui. C'est toujours utile de posséder une arme d'une telle ampleur pour dissuader l'ennemi. Mais il faudrait une clé d'activation secrète donnée à une personne sûre et fiable. Pas que je ne vous fais pas confiance, mais vu la façon dont ça a dégénéré avec Faust, il serait préférable qu'une autre personne que le roi la connaisse afin de minimiser les risques. Et que son utilisation soit votée parmi les membres du conseil. Mais je comprends vos inquiétudes à ce sujet.

Haussant la tête lentement, les souvenirs de la bataille contre Fairy Tail lui revint tristement en tête. Depuis le début, elle avait été du mauvais côté. Mais Erza pouvait maintenant se repentir. Jellal lui avait ouvert les yeux. Et ça, elle ne pouvait pas le nier.  

En espérant que ça te plaise !    

©️ Great Thief sur Epicode

Gain d'xp: 15

_________________
she just ran away

©️ by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mystogan
Roi d'Edoras
avatar
Crédits : Pep's / Erza <3 & me
Messages : 143
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 20
Localisation : capitale royale d'Edoras

Fiche de mage
Magie / Arme: Bâtons magiques
Niveau: 18
Expérience:
43/342  (43/342)

MessageSujet: Re: Tell me who I am   Mer 22 Juil - 15:41






Des salutations. Une règle de politesse qui avait complétement été balayée par ma nervosité. Pourtant je n’étais pas ainsi normalement. Je n’aurais jamais pensé pouvoir oublier cette simple marque de respect. Et pourtant, c’est ce que je venais de faire à la rousse. D’ailleurs cette même préoccupation qui m’avait fait oublier les bases de mon éducation m’empêcha de remarquer que cette absence de politesse l’avait ennuyé. J’étais trop inquiet pour le notifier. Je m’apprêtais tout de même à briser le secret d’une réunion des plus hauts dirigeants. Ce n’est pas comme si je lui révélais La réponse. La réponse à la première question, à la grande question de l’univers qui ne doit jamais trouver de réponse. Mais je brisais tout de même mon vœu et ma promesse. Je les trahissais comme il avait trahi son nom. Il avait renié son nom et j’avais renié ma position. Je ne pouvais sans doute pas faire cela d’un point de vue moral mais j’en avais besoin. Et je l’avais fait.
Je l’avais fait. 4 mots. Une phrase simple et pourtant, pour beaucoup, ces mots sont les plus compliqués de l’univers. Ces mots avaient deux significations pour 2 types de personnes différentes. Nous avons d’abords les gens comme moi. Nous n’avons qu’une seule ligne temporelle. J’avais beau avoir fait plusieurs voyages entre 2 mondes différents, Edoras et Earthland. Le temps était un lieu dans lequel je ne m’étais jamais aventuré. Le temps, il pouvait modifier votre esprit et votre perception des choses. Un homme l’avait un jour caractérisé de méli-mélo temporel. Mais cela ne me concernait pas car je n’avais jamais fait de voyages dans le futur ou dans le passé. Si un évènement m’était passé alors il l’était pour tout le monde.  Contrairement à un homme débraillé qui rencontrait sa femme aléatoirement. Sans doute l’histoire d’amour la plus triste de l’univers, plus il la connaissait et moins elle le connaissait. Enfin bon, toutes ces histoires ne me concernaient ni la jeune femme en face de moi. J’étais avec elle et elle était avec moi. Donc laissons ces histoires hors du temps là où elles devraient être.

▬  … Bien, majesté.

A vrai dire, ce que j’avais qualifié d’inquiétude et d’angoisse, se rapprochait plus de la peur. J’étais terrifié en réalité. La terreur. Ma décision allait peut-être impliquer des milliers de vies et leur être fatales si je commettais une erreur comme tous mes prédécesseurs. Mais j’essayais de le contenir autant que je le pouvais. Apparemment il nous faut ne pas montrer que l’on vieillit ni que les choses ont une fin mais à cet instant, j’avais déjà tout le mal du monde à cacher tous mes doutes à Erza.
Pourtant la peur n'a pas à vous rendre cruels ou lâches ... la peur peut vous rendre bon. Il n’y a  aucune importance s’il n'y a rien sous le lit ou dans l’obscurité, aussi longtemps que vous savez qu'il est autorisé d’avoir peur. Alors, écoute. Si tu n’écoutes  rien d’autre, écoute ceci. Vous allez toujours avoir peur, même si vous apprenez à le cacher. La peur est comme ... un compagnon. Un compagnon constant, toujours là. Mais c’est OK. Parce que la peur peut nous rassembler. La peur peut vous ramener à la maison car la peur est un super pouvoir. C’est ainsi que j’essayais d’utiliser ma peur, pour protéger tout un peuple. Pour protéger mon Peuple. J'avais refusé la royauté de mon sang, j'avais voulu fuir mes responsabilités car je ne pensais pas pouvoir les mériter. Mais elles m'avaient rattrapé. J'avais amené ce pays à sa fin, je l'avais reconstruit et je comptais bien le protéger.
Enfin je repris ma contenance et j’expliquai mon dilemme. Si je n’avais pas fait venir Erza pour un problème aussi sérieux et si mon esprit n’était pas autant préoccupé à cet instant, mes lèvres seraient sans doute étirées par un grand sourire devant la réaction du soldat. J’avais réussi à la surprendre, à la prendre au dépourvue. Et en temps normal, cela m’aurait beaucoup plu. Mais alors, ce fut les chocs. Les chocs, car il me fallait entendre ses paroles mais aussi ensuite les comprendre.

Majesté, je ne pense pas être bien placée pour vous juger. J'ai trop de sang sur les mains pour cela. Mais si vous voulez tout de même savoir ce que je pense de vous, soit... Vous êtes un enfant. Naïf, inconscient. Incapable de gérer tout seul ce royaume. Pourtant... Je pense que vous êtes une bonne personne avec de véritables valeurs. Quelqu'un qui va dans le même sens que son peuple et qui est dévoué pour celui-ci. De cette façon, je suppose que vous êtes meilleur que votre père. Enfin, dans ce sens-là. Vous avez ce qui lui manquait et il vous manque ce que lui avait.

J’eus besoin de quelques secondes pour réfléchir à ses paroles. A vrai dire, ce n’était pas la première fois que la rousse m’affirmait que j’étais naïf mais c’était sans doute la première fois qu’elle me complimentait sur ma bonté. Alors que je continuais de la regarder, je remarquai son geste. C’était discret mais j’avais réussi à l’entrevoir. Sa petite morsure dans sa lèvre. De nombreuses raisons auraient pu la pousser à faire cela. Mais avant que je ne puisse y réfléchir, son expression redevint la même qu’elle portait toujours.  Quoique non, je pouvais y voir une lueur qui n’avait pas lieu d’être. C’était sans doute la première fois que je voyais cela chez la commandante.


Mais vous restez un idiot à mes yeux.

Ses paroles réussirent à m’arracher un sourire. Elle n’avait pas dit cela par méchanceté, c’était sans doute ça la lueur que j’avais aperçu. Cette petite étincelle qui animait à présent son magnifique regard sombre. J’aurais aimé la remercier, j’avais réussi à sourire et à oublier pendant quelques instants tout ce qui m’inquiétait. Elle-même me rendait ce sourire, pour une fois qu’il n’était pas cynique, ironique ou accompagné de quelques menaces de vengeance, j’en profitai. Mais apparemment, je ne pouvais pas en demander trop d’un seul coup car il disparut aussi rapidement qu’il était arrivé afin de lui permettre de reprendre son sérieux et de répondre à ma véritable interrogation.

Pour revenir à votre première question... Je le pense, oui. C'est toujours utile de posséder une arme d'une telle ampleur pour dissuader l'ennemi. Mais il faudrait une clé d'activation secrète donnée à une personne sûre et fiable. Pas que je ne vous fais pas confiance, mais vu la façon dont ça a dégénéré avec Faust, il serait préférable qu'une autre personne que le roi la connaisse afin de minimiser les risques. Et que son utilisation soit votée parmi les membres du conseil. Mais je comprends vos inquiétudes à ce sujet.

Sa réponse ne me satisfaisait cependant pas totalement. J’étais d’accord sur le fait que si je donnais mon autorisation, une sécurité devrait installer afin d’éviter les abus du pouvoir. L’ancien système du conseil avec un nombre minimum d’accord de ses membres étaient une bonne idée et il serait sans doute conserver mais ce qui ne me plaisait pas, c’était qu’elle pense que je doive donner le pouvoir à un autre que moi. Ce qui était compréhensible avec le passé de Faust mais comme elle l’avait dit j’ai ce qu’il n’avait pas. Et je ne me sentais pas réellement rassuré de confier la sécurité de mon peuple à un autre. Je n’avais aucun poste disponible non plus. Après la catastrophe du portail éclipse, j’étais retissant à donner ce pouvoir à la princesse Fiore. Haru, je ne pense pas qu’obtenir un tel pouvoir puisse le convenir. La personne logiquement après Haru était Erza mais je craignais sa vision des choses. J’avais rarement mis les pieds à la guilde lorsque j’appartenais à Fairy Tail mais je partageais leur vision des choses. Aucune vie n’est pas importante et toutes devraient être protégées. Dans toute ma vie, je n’avais jamais rencontré quelqu’un qui ne soit pas important. Or la commandante de la seconde division avait sûrement un esprit logique et serait donc capable de sacrifier des vies pour en sauver le plus grand nombre. Peut-être était ce refus qui me rendait d’ailleurs naïf à ses yeux ?


Déjà, je souhaite vous remercier de votre franchise, Erza. Vous êtes l’une des rares et je l’apprécie. Je pense que vous avez raison et que je devrais donner mon consentement. Un nombre minimum d’accord pour activer l’arme semble aussi logique. J’en ferai part aux autres personnes concernées. Mais si vous me pensez naïf, pourquoi évitez-vous absolument ma compagnie ? Vous pourriez me conseiller ? M’avertir lorsque vous pensez que je suis en tort. Vous avez l’expérience qui me manque, votre vision des choses est différente. Alors conseillez moi, travaillons ensemble, et Allons-y !

Vualã:
 

©️ Great Thief sur Epicode

Gain d'xp: 14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erza Knightwalker
Capitaine de la Seconde Division de l'armée
avatar
Crédits : (c) archanemy
Messages : 120
Date d'inscription : 28/12/2014
Age : 20
Localisation : Château d'Edoras

Fiche de mage
Magie / Arme: Magic Spear - Ten Commandments.
Niveau: 24
Expérience:
382/600  (382/600)

MessageSujet: Re: Tell me who I am   Ven 24 Juil - 6:55




Le roi ne semble pas satisfait de ta réponse. C'est à ses lèvres pincées et son air perplexe que tu le devines aisément. Pourtant, tu ne sais quoi dire de plus pour lui donner satisfaction. Alors tu te contentes de le regarder longuement, en silence, observant minutieusement les moindres traits de son visage pour tenter de lire dans ses pensées. C'est d'ailleurs en lisant dans ses orbes aux nuances vertes et dorées que tu arrives à voir enfin ce qui le tracasse. Cette petite étincelle vacillante dans le fond de son regard... Non, tu ne peux pas te tromper, pour l'avoir vue des milliers de fois. C'est la peur qui le tiraille. La peur de devoir sacrifier des vies pour en sauver d'autres. Tu hausses simplement les épaules dans un soupire inaudible. À quoi bon s'arrêter sur quelques sacrifices si c'est pour secourir tout un peuple ensuite ? Aux yeux du roi, toutes les vies semblent importantes. Même celles des criminels tels que toi. Tu trouves cette pensée étrange voir complètement stupide. Encore une preuve de l'idiotie dont pouvait faire preuve le roi. C'est dans ce genre de moment que tu as envie de le mettre dans une situation grave qui le ferait réfléchir peut-être plus sagement. Imaginons une petite fille victime d'un acte pédophile. Préférait-il donc de laisser en vie le coupable en prenant le risque qu'il recommence, proliférant le mal, soit disant que sa vie est importante aussi car humaine, ou de l'exterminer afin de limiter les dégâts ? Tu secoues la tête bêtement. Cette idée est sûrement tout aussi débile que la logique de ton roi.

Lentement, tu te mets à faire le tour de la pièce. La tension du souverain est palpable et tu as du mal à rester en place avec ça. Tu te diriges vers un meuble en chêne, laissant tes doigts fins courir dessus jusqu'à ce qu'ils rencontrent une petite statuette en albâtre représentant un soldat sur un cheval cabré. Tu passes doucement ton index sur le chanfrein lisse de la bête miniature avant de faire de nouveau face à Jellal. C'est à ce moment qu'il décide de reprendre la parole.

▬ Déjà, je souhaite vous remercier de votre franchise, Erza. Vous êtes l’une des rares et je l’apprécie. Je pense que vous avez raison et que je devrais donner mon consentement. Un nombre minimum d’accord pour activer l’arme semble aussi logique. J’en ferai part aux autres personnes concernées. Mais si vous me pensez naïf, pourquoi évitez-vous absolument ma compagnie ? Vous pourriez me conseiller ? M’avertir lorsque vous pensez que je suis en tort. Vous avez l’expérience qui me manque, votre vision des choses est différente. Alors conseillez moi, travaillons ensemble, et allons-y ! 

Tes yeux s'écarquillent sur le coup de la surprise, la conjonctive bulbaire de tes yeux tremblants à cause des petits nerfs optiques tendus à leur paroxysme. En proie à un élan d'excitation, il avait presque clamé avec trop d'enthousiasme la dernière phrase. Presque avec automatisme, une grimace de dégoût se peint sur ton visage et tu reviens à sa hauteur avec une lenteur calculée. Il avait plus ou moins fait ce constat. Pourtant, pas même toi n'a vraiment d'explications à cela. Tu crois que c'est juste physique. Il t'insupporte. Tu le trouves aussi trop exaspérant. Trop enfantin. Inexpérimenté. Il arrive à t'agacer à sa simple vue et pourtant, tu ne le détestes pas tant que ça. Tu n'y arrives pas complètement. Mais à ton tour, tu prends la parole, de ta voix la plus doucereuse possible. C'est presque sournois...

▬ Oh mais de rien, mon roi. Pour vous répondre... Disons que je n'ai pas envie de jouer la nounou. Ni la maîtresse d'école.

À nouveau, tu te déplaces, tournant autour de lui en cherchant tes mots. Tu les aimes vifs et écorcheurs. Comme des petites lames de rasoir. Surprenants comme un coup de tonnerre.  

▬ Pourquoi avoir besoin de moi plus que quiconque pour vous guider ? Pourquoi choisir la voie du danger ? À toutes les personnes dans ce château, à tous les conseillers, vous préférez venir demander à la femme la plus crainte du royaume ? Celle qui a probablement l'avis le moins objectif au monde et un sens de la justice frôlant le néant par tous les crimes qu'elle a commis ? Vous savez précisément pourquoi je ne viens jamais aux conseils hors ceux de guerre ; c'est parce que personne ne soutiendrait mon avis politique, quel qu’il soit. Parce que je suis la méchante, un tyran. Et un roi juste et bon ne devrait pas côtoyer des gens comme moi. Je ne comprends pas pourquoi vous vous obstinez...

Tu t'arrêtes de tourner. Ce n'est pas ta voix tonitruante de d'habitude. C'est doux et douloureux à la fois. Comme un souffle glacial.

▬ Il y a aussi le fait que vous m'exaspérez sûrement un peu trop pour que je puisse concevoir l'idée de passer plus de temps avec vous que les formalités nécessaires.

Tu ne sais pas si t'essayes de le dégoûter, de l'éloigner toujours plus ou si t'as juste besoin d'être cinglante, comme toujours. Alors que la vérité est finalement bien différente de ce que tu prétends. Le roi est une bonne personne. Il ne se considère pas au-dessus des autres. Il est bon et juste et c'est ce genre de personne que tu devrais être fière de servir. Mais Faust t'as sûrement mis un trop pleins d'idées sombres dans la tête. Il était le fermier qui cultivait toutes ses mauvaises pensées pour les stocker ensuite dans sa grange. C'est lui qui a créé cette Erza là. Avant, elle n'était pas comme ça. Avant, elle aurait suivi volontiers ce jeune héritier au trône plein de convictions qui lui auraient mis des étoiles dans les yeux. Mais c'est fini, c'est trop tard.

▬ Je veux bien vous conseiller et collaborer avec vous pour tout ce qui est militaire. Je pense que je suis la mieux placée pour ça, après tout. Et de cette façon, j'aurai plus l'impression de servir pour le bien et la sécurité de mon peuple plutôt que pour vous, majesté.

Tu recules enfin après un dernier regard complètement inexpressif, pour changer de celui presque méchant que tu lui lances à chaque confrontation. Dos tourné à ton roi, main posée sur la poignée, tu t'arrêtes cependant pour demander :

▬ Je ne voulais pas vous offenser. Vous vouliez simplement de la franchise alors je vous l'ai donné. Je pense que vous n'avez plus besoin de moi pour ce soir, désormais. Puis-je disposer ?

Défi : Je devais donc placer les mots conjonctivite, grange, albâtre, tonitruant pédophile, sournois, excitation, sournois, palpable et tonnerre + changer de personne.
En espérant que ça te convienne !  

© Great Thief sur Epicode

Gain d'xp: 10

_________________
she just ran away

©️ by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mystogan
Roi d'Edoras
avatar
Crédits : Pep's / Erza <3 & me
Messages : 143
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 20
Localisation : capitale royale d'Edoras

Fiche de mage
Magie / Arme: Bâtons magiques
Niveau: 18
Expérience:
43/342  (43/342)

MessageSujet: Re: Tell me who I am   Sam 25 Juil - 16:30







▬ Oh mais de rien, mon roi. Pour vous répondre... Disons que je n'ai pas envie de jouer la nounou. Ni la maîtresse d'école.
▬ Pourquoi avoir besoin de moi plus que quiconque pour vous guider ? Pourquoi choisir la voie du danger ? À toutes les personnes dans ce château, à tous les conseillers, vous préférez venir demander à la femme la plus crainte du royaume ? Celle qui a probablement l'avis le moins objectif au monde et un sens de la justice frôlant le néant par tous les crimes qu'elle a commis ? Vous savez précisément pourquoi je ne viens jamais aux conseils hors ceux de guerre ; c'est parce que personne ne soutiendrait mon avis politique, quel qu’il soit. Parce que je suis la méchante, un tyran. Et un roi juste et bon ne devrait pas côtoyer des gens comme moi. Je ne comprends pas pourquoi vous vous obstinez...
▬ Il y a aussi le fait que vous m'exaspérez sûrement un peu trop pour que je puisse concevoir l'idée de passer plus de temps avec vous que les formalités nécessaires.
▬ Je veux bien vous conseiller et collaborer avec vous pour tout ce qui est militaire. Je pense que je suis la mieux placée pour ça, après tout. Et de cette façon, j'aurai plus l'impression de servir pour le bien et la sécurité de mon peuple plutôt que pour vous, majesté.

Je n’avais pas parlé. Je n’avais rien à dire. Je me contentais d’écouter. Et j’avais beaucoup à écouter. Je m’étais sûrement trop emporté, j’en avais trop espéré. Maintenant que j’y repense, je me trouve moi-même idiot et naïf. J’avais été idiot de penser que la rousse puisse accepter mon offre. Comment le pourrait-elle ? Mais je devais avouer que ses paroles ne m’avaient pas laissé insensible. J’avais bien compris ce qu’elle me reprochait mais je n’avais pas compris qu’elle le pensait à ce point. Elle me considérait réellement comme un enfant.
Mais j’y voyais aussi un espoir. J’avais juste été trop hâtif. Ce n’était pas l’heure. C’était trop tôt pour que je lui demande une aide aussi importante. Car si oui, ses mots m’avaient presque blessé, je ne laisserai pas cela tomber aussi facilement. J’étais patient et j’allais lui montrer que je pouvais attendre mais que j’étais aussi déterminé. Je ne cèderai pas tant qu’elle ne m’aura pas cédé. Mais j’avais besoin d’un peu de soutien car à cet instant, c’était difficile de le concevoir. Vous savez lorsqu’un adulte nous dit que « tout ira bien » afin de nous rassurer ? Eh bien, je me disais que tout allait bien aller.
Ce n’était que le début, le premier round. La première manche de la guerre, la guerre du temps. J’avais perdu la première manche mais je ne pouvais perdre. Je me devais de gagner. Ma victoire n’était donc qu’une question de temps. Mais là, tout de suite, j’avais l’impression d’être dans une bulle. Les secondes se transformaient en minutes et le temps semblait ralentir. J’avais été enthousiaste et au final, cet enthousiasme avait un goût de cendre sur ma langue.
▬ Je ne voulais pas vous offenser. Vous vouliez simplement de la franchise alors je vous l'ai donné. Je pense que vous n'avez plus besoin de moi pour ce soir, désormais. Puis-je disposer ?
Je ne pouvais plus rien faire à cet instant. Elle venait de mettre le coup final et elle le savait. Cela semblait évident sinon elle ne souhaiterait pas fuir la scène du combat. Et je n’avais rien pour la retenir. Devant son attente, j’hochais la tête afin d’approuver ses dires.
Vous pouvez disposer commandant, merci.
Sur ces mots, le roi leva le sort de sommeil qui pesait toujours sur le palais et regarda le commandant quitter la chambre. Le silence lui sembla plus lourds qu’à son habitude. Au moins, il avait eu sa réponse pour le problème des armes magiques. D’un autre côté, si j’avais besoin de ces armes, c’était tout simplement à cause de la nature humaine. Nous, les Hommes, avons une capacité impressionnante d’oublier nos douleurs. Si nous ne le faisions pas, nous aurions arrêté de nous battre depuis des générations. Car nous verrions enfin que ce pourquoi nous nous battons ne vaut pas la douleur provoquée par la guerre et par la mort. On ne savait pas si les morts étaient bien morts ou s’ils survivaient dans un autre plan de conscience. Mais les vivants devaient vivre avec la douleur de leur perte. Alors pourquoi continuait-on de se battre si on savait qu’on ne trouverait rien d’autre que de la douleur ? Je ne comprendrai sans doute jamais ce qu’on pouvait trouver plus important que la vie.

Je me dirigeai à la fenêtre et regardai la cour en dessous, cette cour où avait lieu les entraînements. Je ne cessais de retourner les mots de la meurtrière aux cheveux de sang. Je ne remarquais même pas cette cabine bleue qui disparaissait dans un bruit métallique. Un bruit assez dérangeant qui pourtant me réchauffa le cœur en y influant de l'espoir.


© Great Thief sur Epicode

Gain d'xp: 8
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pika-sama
Maître du Jeu
avatar
Crédits : Sirius
Messages : 3268
Inventaire : Banane
Date d'inscription : 10/07/2013
Localisation : Caché !

MessageSujet: Re: Tell me who I am   Mar 4 Aoû - 3:59

Félicitations pour avoir terminé ce rp ! (et désolée pour le passage tardif !)
Voici vos bonus :
- 45 points pour Mystogan (+15 pour avoir commencé le rp)
- 30 points pour Erza Knightwalker

Ce sujet est à présent verrouillé et rangé dans la partie des rp terminés ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fairy-reborn.forumactif.org
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Tell me who I am   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tell me who I am

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Reborn :: Archives :: Rp terminés-