AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [SOLO] Ce matin, un lapin a crié au secouuuu~uuuurs ♫ !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité
MessageSujet: [SOLO] Ce matin, un lapin a crié au secouuuu~uuuurs ♫ !   Lun 4 Juin 2018 - 2:40


Ce matin, un lapin a crié au secouuuu~uuuurs ♫ !

FT. Moi-même

Alors que je continuais d'explorer ce monde, même la nuit pour plus de tranquillité et il est vrai que c'est calme la nuit, je venais d'atterrir ici. L'aube approchait mais je m'apercevais que l'endroit était comme désert. Pieds à terre, je faisais disparaître mes ailes d'archive corrompue ainsi que mon armure et mon épée. Ça, c'était juste en cas de pépin mais elle ne m'a pas servi cette nuit. Le ré-équipement en marche, j'en profitais pour revêtir une tenue douce et pacifique, ainsi que normale. Une petite robe enfantine violette et mon sweat violet-noir par dessus, ouvert. Approchant d'un grillage où il était écrit que la clôture était électrifiée, j'évitais d'y déposer les mains. Ah. Un morceau de métal traînait par terre, j'allais le ramasser et le jeter sur la clôture comme si c'était un cailloux que je jetais amicalement. La suite ne me surprenait guère, elle était désactivée, autrement dit elle a dû être électrifiée par le passé et être désactivée soit par les tempêtes et effectivement la désertion totale, soit par des squatteurs.

Aucune fumée aux environs, il n'y avait que des corbeaux d'actifs à ma vision. Cependant j'entendais quelque chose d'étrange aux alentours. Bon allons voir, qui pourrait venir me faire chier ici après tout ? Cela dit pour une plage qui semble déserte et qui sert de décharge nauséabonde, le lever du soleil ici me plaît énormément. Le ciel et l'eau face à moi, je m'avançais tranquillement en marchant sur ces déchets. Cet endroit de désolation me rend toutefois étrange, des pièces mécaniques, des cafetières usagées, des peluches déglinguées, des cuillères tordues, je marchais sur à peu près tout ce qui peut exister à vrai dire. Bouquins pourris par la pluie depuis belle lurette, et surtout des boites de conserve en veux-tu en voilà accompagnées de pneus dans divers états. Y a pas à dire cet endroit est une poubelle. Mais pourquoi abîmer un si beau lieu naturel comme cette plage ? Je n'arrive pas à comprendre la mentalité de ce monde. Pire, cela m'affecte particulièrement, pourquoi agissent-ils de la sorte envers des endroits comme celui-ci ? Pourquoi n'agissent-ils pas pour le restaurer ? Sans doute est-ce trop dangereux pour eux ou bien sans doute sont-ils trop fainéants pour cela.

Mais plus je voyais cet endroit, plus j'y appréciais le calme. Cela fait bien longtemps que je n'ai pas pris mon temps comme cela pour apprécier la beauté d'un lever de soleil. Je commence à me dire que le seul endroit où la criminelle que je suis pourrait être tranquille, ne pourrait être qu'un endroit de la sorte, aussi désert soit-il... non... cela ne pourrait être que cet endroit en vérité. Pourquoi me gênerais-je après tout ? C'est vrai, à y regarder, plus personne ne viendrait m'embêter. Il suffirait de réparer la clôture pour ma sécurité, aménager un petit coin vers ces petites caravanes abandonnées et vétustes et le tour y serait joué. Je pourrais peut-être regarder les étoiles la nuit, prendre des bains de minuit, regarder le lever du soleil et attendre de rentrer chez moi à Earthland, en espérant pouvoir retourner à la bonne époque pour sauver ma famille.

Et voilà que je parvenais enfin à me perdre dans mes pensées après de si longues semaines passées à divaguer dans la paranoïa et être pourchassée depuis trop longtemps. Je retrouve enfin ma liberté tout en continuant à marcher le long de l'eau. Ces fines vagues qui montaient et descendaient dans l'écume qui se colorait au gré du ciel, emportaient objet après objet loin de cet endroit désolé. Mais un petit gémissement me fit me rappeler que je cherchais un bruit étrange qui m'avait interpellé. Je redressais mon regard vers la décharge et j'y voyais une peluche ... qui bougeait ?! Qu'est-ce que c'est que ce délire ?! Je m'y précipitais alors et j'accourais en me rendant compte que le gémissement provenait de là-bas justement.

Après avoir failli me casser la figure sur une vieille épée rouillée, je m'accroupissais et j'attrapais la peluche qui me montrait un tout autre visage. « Qu... Quoi ?! Mais ... C'est une blague, c'est même pas une peluche. » La chose que je croyais n'être qu'un jouet pour enfant commençait à ouvrir des yeux d'un dégradé magnifique entre le jaune et le rose pale, le plus perturbant est que seule la partie lapine montrait un état de peluche en lambeau, avec sa laine qui lui sortait des fesses et des bras mais quand j'y regardais de plus près sur le visage de ce chat... me semblait-il, là, il semblait s'agir de véritables blessures. « Ai...de... moi. » Quoi ! Mais ça parle !! On dirait un exceed ! Cette petite chose à la voix féminine semblait ressembler un peu à Charuru, le chat d'une certaine Wendy. Allant de surprise en surprise, je la déshabillais, après coup, il semblait ne plus s'agir que d'un costume de lapin, et effectivement, il s'agissait bien d'oreilles de chat vivant et parlant ! « Mon dieu dans quel état tu es ma pauvre. Que t'est-il arrivé ? » Mais alors qu'elle tentait de me répondre, je la voyais tourner de l'œil à moitié, sa voix s'affaiblissait. Ok alors elle est clairement très mal en point.

Je la portais tout à coup comme si elle était mon bébé et je marchais vers l'eau afin d'aller... Non mais stop ! Quelle connerie vais-je faire à la fin ?! Si je mouille ses blessures avec de l'eau salée, elle va hurler de douleur. Eh merde ... que faire... que faire ?! Je regardais à droite, puis à gauche. Rien à faire, je ne trouvais pas la moindre eau potable dans les environs, ni boite à pharmacie, ni nourriture, ni même une once de chance de pouvoir la soigner ici. Le problème se pose. Si je me décide de retourner à la civilisation sous cette forme, je serais de nouveau pourchassée... Ah galère ! « R... Réveille toi petit chat, hé t'endors pas. Tu m'entends ? Ça va aller ! Co... Comment tu t'appelles ? Parles moi. » Lui demandais-je d'une voix douce et très légèrement paniquée tout en la secouant délicatement. Elle finissait par réagir de nouveau et me répondait enfin son prénom. « Chiharu. Je... Je m'appelle Chiharu. » Oh, quel joli prénom, mais je ne voulais pas l'interrompre, il fallait qu'elle me parle pendant que je cherchais quoi faire. En attendant, je lui souriais et je laissais ma main posée délicatement sur son ventre afin qu'elle ait un peu plus chaud.

« - Chiharu, que fais-tu ici dans cet endroit désert ?
- Je... Je suis tombée du ciel.
- Ça fait longtemps ? Je vois que tu es maigre et pâle.
- Je... j-je ne sais pas, peut-être trois jours.
- Quoi ?! Mais oh ma pauvre, tu dois avoir terriblement faim. Ne t'en fais pas, je vais te trouver à manger, d'accord ? Continue de parler. Qu... Dis moi comment cela se fait-il que tu sois tombée du ciel ?!
- J-je rentrais chez moi... Quand la foudre... Et ma carotte ! Elle est tombée... et moi aussi et...
- Chiharu ? Chiharu !!! Réveille toi ! » Galère, après cette conversation, ce petit chat finissait par s'évanouir de nouveau. J'étais prise au dépourvu, perturbée, paniquée. Je me disais que cela aurait pu être ma fille dans ce genre de situation et je ne pouvais décemment pas la laisser.

C'est étrange, depuis que je suis à Edoras... non... depuis la mort d'Akari j'ai eu des doutes sur mes compétences de mère et j'avais fini par perdre espoir de redevenir la femme aimante et maternelle que j'étais, jusqu'à ce matin-là en rencontrant Chiharu. Des larmes en perlaient au coin de mes yeux mais cette petite créature n'était pas encore morte, je pouvais encore la sauver. Je me demandais comment cela dit, jusqu'à apercevoir une fumée. Alors que je m'approchais de la clôture pour partir d'ici, je vis une fumée qui provenait de derrière l'une des caravanes. Cela n'était pas là tout à l'heure. Suspicieuse, je décidais d'aller voir, peut-être que quelqu'un était présent et pouvait m'aider ! Mais là, je commençais à me demander quel genre de personne camperait dans un endroit aussi pourri... Moi certes, mais quel genre de personne à part moi ?!

Je courais, le chat dans mes bras. Elle était mal en point, en même temps si la foudre l'a fauchée, je m'étonne juste qu'elle soit encore en vie trois jours après cela. Le plus troublant c'est qu'elle n'est brûlée nulle part. La foudre fait forcément un trou calciné de plus de cinq centimètres sur ce qu'elle tape et là, à part un déguisement éventré et de laine qui en ressort par boulottes, je ne vois pas où elle aurait pu être tapée. À moins qu'elle m'ait menti. Bref j'avançais jusqu'à la caravane et je vis directement un barbecue en très mauvais état mais retapé. Le feu scintillait et brûlait les graisses de poisson pêché. « Qu'est-ce tu m'veux toi, pourquoi tu viens m'casser les couilles ?! » Prononçait une voix rocailleuse d'un type assit devant son barbecue cassé. Il avait l'air seul ici et franchement l'air du type qui n'en a rien à cirer de tout, sauf de ma présence. J'ai comme l'impression qu'il va m'envoyer balader. L'homme ayant plus ou moins la soixantaine semblait venir de se lever et faisait cuir ce qui semblait être son petit déjeuner. Ok, arrêtons cette analyse, je reprenais enfin mon souffle et lui répondais d'un ton franc et direct. « Ce petit chat est mal en point, vous avez de l'eau saine ? Et... de quoi la soign- » Ce connard me coupait la parole de façon désinvolte en m'envoyant comme prévu, littéralement chier d'un ton sec. « C'est pas mes oignons, casse toi d'là, t'as rien à foutre ici ! »

Je le méprisais du regard et assez énervée mais néanmoins pas aussi conne, je vérifiais si le poisson était cuit avant de déposer le petit chat un peu plus loin sur le sable et revenir l'air de rien. L'homme méfiant tiquait une fois de plus et alors qu'il allait renvoyer des obscénités, je frappais d'un coup de pied dans le barbecue de façon à ce que cette merde mal rabibochée lui tombe sur le coin du nez. Je ramassais le poisson de ma longue épée qui apparaissait aussitôt dans ma main, et je le menaçais d'une autre épée. « Écoute moi bien connard ! Tu vas me laisser prendre ce que je veux pour soigner ce chat, sinon je t'éclate la gueule et je broie tout ici ! C'est clair ?! » L'homme recevait des flammèches du barbecue sur le pyjama qui brûlait aussitôt, il fit aussitôt des gestes dans la panique pour se recouvrir de sable afin d'étouffer le feu, et répliqua d'un ton paniqué : « Bordel mais qu'est-ce que t'as foutu ?! ... T'es plutôt du genre salope qui fout le bordel avant de négocier, toi ! Bon écoute... Prends ce que tu veux mais me bute pas ! » Je baissais aussitôt mon épée et au lieu de rabattre le sable sur son feu, je pris un risque conséquent de relever et remettre en place le barbecue tandis que le vioc restait tranquille. Bon c'était un peu chaud mais je m'en foutais, pas de brûlure grave me concernant. L'homme pourrait retourner pécher à son endroit favori et retourner vaquer à ses occupations quand je serais loin de lui. En attendant, j'avais autorisation de faire ce que bon me semblait et je fis disparaître une épée avant de rentrer dans son taudis ouvert, gardant l'autre épée avec le poisson planté au bout, dans mon autre main.

Je trouvais quelques vieux t-shirts, une bouteille d'eau à l'allure potable et je ressortais en fixant cet homme. Bon, finalement, je ne vais pas être aussi garce, il a accepté de m'aider ! Je m'approchais de la table, déposant le poisson encore fumant dessus et je le coupais en deux, n'en prenant qu'un plus petit bout que ce que je rendais à l'homme. Après quoi, je lui montrais ce que je lui avais pris, un t-shirt usé et une bouteille d'eau, pas grand chose d'important a priori puisqu'il avait des bouteilles de vin pour remplacer son eau perdue. « Je prend ça. Après quoi, je ne viendrais plus t'emmerder. » Lui annonçais-je avant qu'il acquiesce et que je reparte dans le silence.

Je retournais près du chat toujours inconscient que je ramassais et que j'embarquais avec moi, allant m'installer plus loin pour m'occuper de sa santé. Le vieil homme de son côté, retournait à ses occupations de déjeuner seul dans son coin, apparemment il se foutait éperdument de moi et c'était réciproque malgré mon empathie pour lui. Je secouais la minette, préoccupée par son état de santé et après plusieurs minutes, elle reprit connaissance. Pas le droit à l'erreur, si je voulais qu'elle reste consciente plus longtemps, je devais déjà commencer à lui redonner des forces. Je débouchais la bouteille, reniflant au goulot au cas où ce serait autre chose mais tout avait l'air normal. Il n'y avait pas d'alcool ni d'odeur de polluants chimiques dedans. Rassurée, je lui glissais l'eau dans sa bouche qu'elle avait ouvert d'elle-même. Pour finir, je lui présentais le petit bout de poisson qu'elle mangeait de bon cœur. Bon voilà qu'elle semblait reprendre des couleurs et se sentir mieux.

La suite ne fut qu'une partie de plaisir, elle n'était pas si blessée que ça à vrai dire, elle était effectivement tombée mais pas à cause de la foudre, me racontait-elle, elle avait juste échappé sa peluche préférée et elle avait plongé pour la retrouver dans ce dédale d'ordures avant de rater son atterrissage. Suite à sa chute, elle était restée nuit et jour pour chercher sa peluche mais elle avait fini affamée et assoiffée. Mais du coup, sa peluche lui manquait et elle finissait par pleurer avant de finir dans mes bras lorsque je vins la consoler. C'est vraiment étrange. En temps normaux je ne me rapproche pas aussi facilement de quelqu'un mais là, je sentais vraiment que cette Chiharu était comme un enfant et qu'elle avait besoin d'une maman à qui demander de l'aide. « Allez, c'est tout, ne pleure plus. Tu sais quoi ? Arrêtons de chercher et rentrons, je vais t'en fabriquer une nouvelle ! Ça te dit ?! » Elle refusa catégoriquement au début, jusqu'à ce que je lui explique : « Ne sois pas si sûre de toi ! Regarde cette plage. Elle est gigantesque, regarde ces ordures, y en a vraiment partout et de toutes les couleurs, et puis même si tu sais à peu près où tu l'as perdue, il faut penser à l'environnement. Peut-être qu'un ragondin ou un corbeau l'auront volé, ou peut-être que les vagues l'auront emporté. Mais quoiqu'il en soit, il est préférable si elle est encore sur la plage, de ne pas la récupérer. Tout est sale et plein de bactéries ici. C'est dangereux de la reprendre, cela pourrait t'attirer la maladie. Tu comprends ? » Elle finit par comprendre et se résigna à chercher désormais.

Mais alors que j'allais lui demander où elle vivait, afin de la raccompagner chez elle, la minette me cria dans les oreilles. « NOOOOOOOON ! Je veux pas ! » Pourtant, elle ne me connaissait pas et n'avait aucune raison de paniquer. Je ne l'avais ni menacé ni rien du tout, alors sa réaction était plus qu'anormale. Ne faisant pas la fine bouche, je n'insistais pas sur le moment et je pris les devants afin de lui proposer autre chose, comme du camping etc. Elle me racontera peut-être plus tard pourquoi elle ne veut pas rentrer chez elle. Et nous voilà reparties du sentier lugubre, je la portais dans mes bras comme si elle était mon bébé et elle se laissait faire, toute mignonne. Sur la route, nous faisions connaissance et nous parlions vite fait de ce que nous aimions.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Crédits : Sirius
Messages : 444
Inventaire : Banane
Date d'inscription : 10/07/2013
Localisation : Caché !
http://fairy-reborn.forumactif.org
Pika-sama
Maître du Jeu
MessageSujet: Re: [SOLO] Ce matin, un lapin a crié au secouuuu~uuuurs ♫ !   Mar 5 Juin 2018 - 14:34

Merci pour le lien -qui est en hide- je pense qu'il pourra être utile !

J'en profite que ton RP solo soit terminé pour le mettre dans la partie des RP terminés ~

_________________
Compte Fondateur et PNJ. Sert à intervenir en rp pour jouer n'importe quel personnage. Si vous avez des questions, veuillez les poser à un autre membre du staff et pas à ce compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[SOLO] Ce matin, un lapin a crié au secouuuu~uuuurs ♫ !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ce matin, un lapin ... [libre]
» Ce matin, un lapin a tué un chasseur (Cassiopée) terminé
» Ce matin un lapin à frappé un crétin. (Lowen)
» Ce matin, un lapin.... (PV Noa)
» Ce matin, un lapin...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Reborn :: Archives :: Cimetière :: Rp terminés-
Sauter vers: