AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Einon Norrington, un parjure honorable ? (fini)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 4
Date d'inscription : 13/10/2018

MessageSujet: Einon Norrington, un parjure honorable ? (fini)   Sam 13 Oct 2018 - 0:34



Einon Norrington
Informations générales
ÂGE ▬ 23 ans

GUILDE ▬ Gouvernement, 5e division

RANG ▬ Bras droit

BUT / RÊVE ▬ Sauver son pays natal de l’emprise de Black Sun et protéger dans l’honneur le royaume de Fiore.

AVATAR ▬ Alucard, Hellsing

AUTRES DÉTAILS ▬ Grand d’un mètre soixante-quatorze, il développa une musculature discrète, athlétique, gagnant au fil du temps en prestance. Il laissa pousser ses cheveux jusqu’à ce qu’il lui tombe sous les épaules en longues mèches soyeuses noires qui encadraient son visage doux et noble. Ses yeux sont deux saphirs ternis par la tristesse d’un passé sombre mais qui continue à brûler d’un feu joyeux le plus souvent. Ses gestes sont gracieux, sa voix calme et paisible, comme l’eau d’un lac. Lorsque la colère et la rage le submerge, il devient alors un véritable glaçon, froid et cruel et la douceur de ses traits cède la place à la dureté de son regard.
Magie ou arme

Magie de construction de cristal

La magie de construction de cristal permet à son utilisateur de créer des objets statiques ou animés en cristal. Pour ce faire, l’utilisateur doit concentrer son pouvoir dans ses mains, en visualisant la forme désirée et joindre les deux mains afin d’accorder une résistance plus importante aux constructions. Il est également possible de créer des objets plus fragiles, moins stable d’une seule main.

Einon maîtrise la magie de construction statique. Elle lui permet ainsi d’utiliser notamment les sorts suivants :

- Sphère de cristal : l’utilisateur joint ses deux mains, créé un cercle magique et fait apparaître une sphère de cristal plus ou moins grande au-dessus de son adversaire qui la voit s’écraser brutalement.

- Bouclier de cristal : l’utilisateur joint ses deux mains pour créer un bouclier de cristal pouvant prendre la forme souhaitée. Il est extrêmement résistant.

- Lance de cristal : l’utilisateur forme une lance plus ou moins grande dont la pointe explose au contact de sa cible, le blessant d’une myriade de cristaux.

- Fouet de cristal : l’utilisateur joint ses mains afin de faire apparaître un fouet pouvant servir aussi bien au combat que pour franchir un obstacle (mur, précipice...)

- Les pétales de cristal : l’utilisateur joint ses mains devant lui au niveau du sternum, créé un cercle magique et fait apparaître de nombreuses pétales de fleurs (dans le cas d’Einon de roses) qui filent sur l’adversaire pour le blesser.

- Mournblade de cristal : l’utilisateur fait apparaître une longue épée à deux mains en cristal pour le combat au corps à corps. Elle est durable, solide, semblable au meilleur acier et est soit tranchante soit contendante selon le souhait de l’utilisateur à sa création.

- Cage de cristal : l’utilisateur créé une cage aux barreaux serrés. Il est nécessaire pour la lancer que l’utilisateur soit immobile et dans un rayon de dix mètres.

- Armure du dragon de cristal : l’utilisateur créé une épaisse couche de cristal sphériques afin de se protéger dont la forme fait penser à un dragon lové. Ce sort consomme une grande quantité d’énergie magique.

- Barrière de cristal : l’utilisateur créé un véritable mur haut de plusieurs mètres qui, sans être particulièrement épais, est assez solide pour stopper une personne dans sa course. Ce sort est extrêmement couteux en énergie.

- Passerelle de cristal : l’utilisateur créé un chemin en cristal suffisamment solide pour que quatre personnes passent dessus en même temps.


Caractère

Einon Norrington est d’un naturel optimisme, difficile à abattre. A ses yeux, il est possible de tirer une leçon de chaque évènement tout comme il est possible de trouver du bon même chez les plus vils. La seule chose qu’il se refuse à admettre, c’est l’existence d’un être ou d’une chose inconditionnellement bonne. L’on pourrait ainsi dire qu’il voit le monde comme  un tableau en nuances de gris où le blanc et le noir ne sont qu’épisodiques.

Il ne parle presque pas de son passé ou de sa famille qu’il quitta très tôt pour apprendre à maîtriser sa magie et trouver sa place en ce monde. Si on lui demande, il dira qu’il vient d’Isvan, le pays de sa mère, ou qu’il est sujet de Fiore, le pays qu’il décida de servir afin d’honorer une promesse mais il ne se présentera pas de prime à bord comme un enfant de Pergrande, n’ayant guère plus d’affection pour ce pays.

Einon est un être fier, parfois orgueilleux. Ce n’est pas qu’il se considère comme meilleur que les autres ou réagi à la première moquerie portée contre lui mais il fait aisément du moindre problème une affaire personnelle et si quelqu’un a le malheur de se moquer des personnes qu’il respecte ou affectionne, il tendra à réagir de manière disproportionnée. Une autre conséquence de ce défaut est qu’il cherchera à mêler son grain de sel à des histoires qui ne le concernent pas nécessairement.

Il est, de plus, profondément attaché à l’honneur et la justice. Il considère naturel et même de son devoir qu’il vienne à la défense des autres, quel que soit leur force, dès lors où l’agression ou la situation est injuste ou simplement intolérable à ses yeux. La lâcheté est ainsi inacceptable et fuir une bataille est une des choses qu’il admet le moins. Pour autant, mentir et duper ne sont pas moins de ses méthodes. Il  comprit très vite que toute vérité n’était pas bonne à dire et que l’honnêteté pouvait être plus néfaste que la perfidie. Il n’en reste pas moins qu’il ne reviendrait jamais sur sa parole donnée.

Il n’aime pas la guerre et pourtant il ne se sent véritablement vivant que sur un champ de bataille. Tuer n’est point pour lui source de joie mais de tristesse. Une vie, même d’un être mauvais, démoniaque, abjecte lui paraît précieuse car unique. Il ne se livrera pas ainsi à des massacres inutiles et n’usera de violence que s’il l’estime nécessaire.

Dans un autre genre, il n’aime pas le mauvais alcool, les plats trop fades et la stupidité. De même, il ne tolère pas le désordre et ceux qui s’en prennent aux faibles.

Il aime l’ordre, le respect, boire un verre après une longue journée ou pour accompagner un repas mais il a l’alcool mauvais. En effet, ivre, il cesse de réfléchir aux conséquences de ses actes, dit ce qu’il pense sans la moindre délicatesse et peut facilement se livrer à des démonstrations de violence pour la moindre broutille qui l’agacerait.

Il a de l’estime pour Natasha Vinaheim, qu’il considère comme une capitaine compétente mais surtout une personne digne d’être servie. Quant à la princesse Hisui, s’il la respecte et la juge bonne souveraine, il n’irait mourir pour elle que si cela n’était pas un acte totalement inutile risquant d’engendrer plus de mal que de bien. Lorsque la cinquième division fut fondée, il demanda son transfert, considérant que ses compétences y seraient plus utiles, notamment pour y instaurer un semblant d’ordre.



Histoire

Prologue
Einon Norrington naquit en l’An X769, au cœur de la capitale de Pergrande d’un père issu d’une vieille lignée de noblesse militaire répondant au nom d’Harold Norrington et d’une mère originaire d’Isvan du nom de Liliane. Dans le royaume, l’on se réjouissait de la récente naissance d’Hakuei mais pour cette famille pourtant fidèle au roi, leur enfant avait ô combien plus d’importance. Ce n’était pas un inconnu, un être pour qui l’on donnerait sa vie par devoir, par fidélité. Il était le fruit d’un rêve partagé, d’un espoir de paix.

Durant ses premières années, Einon n’eut d’autres soucis que savoir l’heure de son prochain repas mais très vite il dut apprendre nombre de choses et ses journées paisibles ne furent bientôt plus qu’un lointain souvenir. Il devait apprendre les sciences communes à chaque mortel comme les arts de la magie. Son père rêvait de voir naître un nouveau mage du feu mais il ne montrait aucune affinité pour cet élément alors Einon étudia de nombreuses magies avant de découvrir un jour un grimoire oublié sur les étagères de la bibliothèque de son père décrivant la magie de construction du cristal. Naturellement, il s’y essaya et grande fut sa joie de découvrir qu’elle lui était aisée. Il avait onze ans. Il lui faudrait près de sept ans avant de maîtriser la plupart des facettes de sa magie mais très vite il gagna en puissance. Toutefois il ne put jamais voir la fierté naître sur le visage de son père car alors que la famille royale périssait dans les flammes de l’incendie, Harold Norrington tombait dans une bataille aux frontières du pays. Certains prétendirent que c’était une belle mort mais aux yeux d’Einon elle n’était pas belle. Quelle fierté y avait-il à mourir pour satisfaire la volonté expansionniste d’un pays déjà si vaste ? Pour autant, le jeune garçon continua de croire dans les leçons d’honneur et de justice que lui avait inculquées son père. A seize ans, il s’engagea dans l’armée, passant par l’académie militaire où il se montra être un élève brillant et attaché à ses camarades mais surtout tenace. Peu de gens parvenaient à lui faire changer d’avis. Puis il fut affecté et envoyé combattre. Ses propres compagnons d’armes le surnommèrent le démon de cristal car en ce temps Einon se montrait un véritable monstre, cruel et vicieux, une bête sanguinaire qui, une fois dans la bataille, ne réfléchissait plus au bien ou au mal. Il devait servir son pays, tuer pour lui et il le faisait, porté par la rage, la colère, la rancœur. Il ne savait pas ce qu’il haïssait ainsi. Il ne désirait que voir les conflits cessaient, la justice régnait et si pour cela il fallait conquérir les pays voisins il se pensait prêt à le faire. Toutefois après deux années de guerre, il fit un triste constat : il y aurait toujours une bataille, toujours quelque chose à conquérir. Il n’y avait de plus aucune justice à dérober des terres, à verser le sang d’innocents pour satisfaire les appétits avides des suzerains de Pergrande. Alors, ne pouvant plus accepter cette situation, voyant ce que son pays natal était devenu, il annonça à sa mère qu’il quittait l’armée et Pergrande, que ce pays ne méritait pas d’être servi mais détruit. Il avait pensé se rendre au palais, prendre la tête du roi et de la reine, mais il n’aurait fait que se condamner à mort. L’aube suivante ne le verrait pas se présenter devant sa division mais aux portes de la ville, vêtu de son manteau du bleu de la nuit, à la fourrure de neige. Il préférait l’exil à la mort, la désertion à la folie, la trahison à l’injustice. Il ne pourrait plus rentrer, espérer obtenir le moindre pardon de son pays mais c’était mieux ainsi. Au moins il n’aurait plus à faire taire son cœur. Il ne voulait pas finir comme son père, trouver la mort dans une bataille qu’il n’avait pas choisi.

Ainsi commença des mois d’errance et de solitude qui le menèrent de Pergrande à Fiore. Il s’était juré de ne plus se servir de sa magie pour combattre, pour tuer mais c’était peut-être là la seule promesse qu’il était incapable de tenir. Il n’était pas capable de rester indifférent aux agressions gratuites, injustifiées. Il ne pouvait pas passer simplement sa route sans vouloir venir en aide aux autres. Pourtant il s’efforçait à tenir son serment, à n’être qu’un fantôme errant à la frontière entre le monde des morts et des vivants et il aurait sans doute continué s’il n’avait vu mourir sous ses yeux une fille qu’il ne connaissait pas, qui n’avait qu’à peine le quart de la force dont il avait été si fier tombait sous les coups de criminels. Lui n’avait rien fait, trop persuadé que s’il combattait il ne ferait aucun bien. Alors il comprit que la violence était nécessaire, qu’il n’y avait pas de justice sans combat que son désir, son souhait ne pouvait se réaliser que de la même manière qu’une omelette : il fallait casser des œufs. Einon avait alors combattu, usant d’une épée de cristal qui devint très vite écarlate mais les morts qu’il provoqua, le sang qu’il versa n’avait rien pour le réjouir. Il ne ressentait plus cette joie de sentir le sang couler sur sa lame, éclabousser son visage. Il était écœuré et savoir qu’il n’y avait d’autres choix n’arrangeait rien. Pourtant, il fit la promesse à cette inconnue de protéger Fiore, de ne pas continuer à fuir. Cette promesse, il décida de l’honorer en tant que soldat. C’était à ses yeux la meilleure si ce n’est la seule façon de protéger un pays, d’assurer la justice. Fiore n’était pas Pergrande, cette fois peut-être trouverait-il ce qu’il avait espéré.

Le Norrington prit ainsi la direction de Crocus, conscient qu’il aurait dû mal à convaincre de sa bonne foi, qu’il n’était pas un espion mais il avait confiance en ses chances, une façon de refuser l’échec. Là-bas, il découvrit la capitale du pays des fleurs non sans un certain émerveillement. Elle avait quelque chose de paisible, agréable tout en étant agité. Il n’était pas difficile ici, pensait-il, de se sentir à son aise. Lorsqu’il se présenta à la caserne, Einon réfléchissait encore à comment justifier sa présence en Fiore car il ne fallait pas rêver, il aurait le droit à cette question. Cacher qu’il venait de Pergrande était possible mais la vérité éclaterait un jour. Ce n’est que devant l’officier qu’il se décida à offrir une version qu’il jugeait à peu près satisfaisante : il n’avait pas déserté, il avait quitté l’armée de Pergrande faute de cautionner les tendances bellicistes du pays et s’il était désormais en Fiore c’était parce qu’il aimait ce pays et désirait le protéger. Ce n’était pas vraiment un mensonge, plus une demi-vérité qui ne dupait personne. Le seul avantage était de ne pas prononcer les mots désertion et trahison qui auraient instauré de la méfiance à son encontre. Devant ses supérieurs, il fit démonstration de ses capacités martiales, de sa maîtrise des armes et de sa magie et évoqua son expérience passée. Il ne demandait qu’à faire ses preuves, prouver qu’il était digne de confiance.

En une année, il s’était forgé une réputation de bourreau de travail. Il ne rechignait devant aucune tâche, faisait preuve d’une rigueur exemplaire mais les compliments ne lui suffisaient pas. Au contraire, il ne leur accordait pas la moindre importance. Il voulait progresser, être plus utile, tant par fierté que parce qu’il avait la sensation qu’il pouvait être plus. Le jeune homme décida donc d’obtenir le rang S, forcer ses supérieurs à reconnaître qu’il avait la force, le talent, la magie nécessaire.

Deux semaines après sa demande, Einon se vit affecter à une expédition punitive au sud de Fiore. Il avait été décidé de mettre un terme aux méfaits d’une bande de mages qui pillait les villages sans la moindre hésitation. La mission aurait pu être accomplie par une guilde mais il avait été préféré en haut lieu effectuer une démonstration de force, afin de rappeler que le gouvernement ne tolérait pas ce genre de comportements. Le plan était simple : ils encercleraient à deux cents le village, ne laissant qu’une sortie possible où un bataillon attendrait en embuscade afin d’appréhender les fuyards. Le Norrington, lui, était chargé d’entrer dans le village et débusquer l’adversaire, l’obliger à sortir. Après tout, personne jusqu’ici n’avait su pénétrer sa défense et il avait une magie assez polyvalente pour pouvoir attaquer aussi bien de près qu’à distance. Il n’aimait pas ce plan ; il y avait trop de facteurs inconnus. Pour autant il fut le premier à entrer dans le village, maudissant l’air chargé de poussière qui venait lui assécher la bouche. Les rues étaient désertes, les fenêtres brisées, les murs marqués par les traces d’un combat. Il avait l’impression de voir jouer devant lui une pièce de théâtre intitulée le loup dans la bergerie mais il n’était pas sûr d’être le loup ou que le loup sortirait vainqueur.

Quelque part sur la gauche, il entendit un objet lourd tomber et se briser. Ce n’était sans doute qu’un chat mais Einon envoya une immense masse de cristal s’écraser sur le lieu d’origine du bruit supposé avant de s’en approcher. A l’intérieur, n’y avait personne. Il s’apprêtait à repartir, se disant qu’il s’était trompé lorsqu’un projectile frôla sa joue gauche. Cette fois il n’y avait pas de doutes possibles : quelqu’un l’attaquer. Einon se retourna brusquement, invoquant les pétales de cristal, minuscules projectiles floraux qui captaient la lumière et la reflétaient et s’apprêtait à les libérer sur son agresseur mais ce n’était qu’un gamin apeuré.

« Vas-t-en ! Trouves toi un abri et restes y ! » lui dit Einon avant de se décider à tirer sur les ombres qu’il croyait voir derrière les fenêtres, par précaution. Impossible de savoir s’ils étaient amis ou ennemis mais vu les traits magiques meurtriers qui filèrent vers lui en réponse la seconde option semblait la bonne. Et bien entendu le gamin était toujours là alors le mage de cristal utilisa sa magie pour l’enfermer sous un dôme assez épais pour résister à des attaques mineures puis entreprit de  se débarrasser des mages embusqués, faisant autant de dégâts qu’une des plus célèbres guides de Fiore. La zone libre, il libéra l’enfant qui fila sans plus attendre vers le nord tandis que le Norrington partait vers le sud, entrant dans chaque bâtiment pour finir le ménage, tout en se demandant comment cela se passait du côté des restes des troupes qui devaient commencer à envahir la zone par les autres flancs. Lui n’était que la distraction.

Trois heures plus tard, Einon se tenait au centre de la place, devant son capitaine, grinçant des dents alors qu’il se prenait un sermon pour les dégâts matériels occasionnés. Il y eut bien un semblant de félicitation pour son succès mais c’était une goutte d’eau dans un océan. Sa fierté lui disait de réagir, de couper court à la discussion, faire remarquer qu’il avait accompli sa tâche mais sa raison lui disait de la fermer, que s’il ne se contrôlait pas il le regretterait et pas uniquement parce qu’il serait alors de corvée de latrines.

Quelques jours après le retour à la capitale et la monotonie de la vie de soldat retrouvée, Einon se vit accorder le rang S. Il avait été jugé qu’il avait le niveau pour cela, et que son côté destructeur n’était finalement qu’une maladresse, un incident survenu au cours d’une mission qui n’était pas si simple que cela. Pour autant, cela ne changea pas son sentiment de n’attirer que peu de sympathie et de n’avoir la confiance que de rares personnes, ce qu’il mettait sur ses origines et non sur sa manière de faire des commentaires disgracieux à tout un chacun pour des erreurs souvent insignifiantes.

Les jeux magiques avaient apporté au sein de la capitale du royaume de Fiore une agitation sans précédent, ce d’autant plus que les mages disparus de Fairy Tail avaient refait surface et participaient à ces jours d’allégresses. Aussi, la surveillance avait été naturellement augmentée. Il fallait bien s’assurer que cette assemblée de mages dont certains pouvaient aisément raser la ville dans un éternuement ne fassent pas de dégâts et surtout que nulle crime ne soit intentée. Einon, fier pour ne pas dire orgueilleux de son rang S frais de quelques mois à peine, s’était vu affecter à la surveillance de l’arène. Un poste agréable puisqu’il n’avait pas à être en plein soleil à longueur de journée et qu’il pouvait observer certains combats -choses qu’il ne faisait que très peu à raison de son sérieux- mais qu’il ne jugeait guère gratifiant. Il avait l’impression de ne pas être utile ici et de passer le plus clair de son temps à indiquer la bonne direction à des visiteurs perdus. Pour autant il comprenait que l’on ait préféré ne pas l’affecter à la protection de la princesse. Il ne se serait lui-même affecté à une tâche aussi importante sans avoir la certitude qu’il n’était pas un assassin sous un visage angélique attendant simplement son heure pour frapper. Alors il ne se plaignait pas.

Le dernier soir du Dai Matou Enbu, l’allégresse fut remplacée par l’horreur et la peur. Les dragons volaient sur Crocus. Ces créatures que l’on croyait disparu étaient de retour et n’avait aucunement l’intention de cohabiter avec les mages. Au premier rugissement, Einon sut qu’il se passait quelque chose d’anormal aussi abandonna-t-il son poste pour découvrir ce qu’il se passait et voir ses monstres à la taille aussi démesurée que leur puissance tomber sur la capitale. C’était un carnage. Comment vaincre de tels monstres ? C’était impossible et pourtant Einon se lança dans la bataille. Le cristal ripait sur les écailles, éclater sous les assauts et pourtant il continuait de se battre dans l’espoir de sauver ne serait-ce qu’une vie de plus, permettre à quelqu’un d’autre de s’échapper des crocs de ces monstres sorties des histoires les plus terrifiantes. Il avait peur, non de mourir mais de voir disparaître le royaume. A un moment, il aperçut au loin une femme qui lui sembla belle et surtout entourée de la foudre, maîtrisant ce qu’il estima être un Take Over mais ce n’était pas le moment de se poser ce genre de questions. Il avait assez de mal à survivre comme cela pour se mettre à rêvasser sur les belles magiciennes locales.

Très vite, l’épuisement le gagna. Il avait recouru de trop nombreuses fois à ses sorts les plus coûteux tout en sachant qu’il n’obtiendrait guère plus de résultat. Il n’était que le moustique attiré par l’éléphant et pourtant à un moment il crut avoir réussi à assommer un dragon à défaut de l’avoir tuer. A cause de cela, il baissa un instant sa garde et fut surpris de voir la gueule noire du dragon le dominait. Sa résistance avait été futile, vaine. Le royaume allait disparaître dans les cendres et l’effroi. Les ténèbres s’abattirent alors sur Einon, qui, dans ce qu’il croyait être une dernière pensée, avait murmuré « C’était une belle journée. J’aurai aimé prendre un verre avec cette fille de foudre… ». Toutefois les crocs qui auraient dû se planter dans sa chair si tendre et juteuse ne s’abattirent jamais. La porte Eclipse avait été ouverte et l’anima qui y avait été emprisonné avait aspiré la magie et les mages en Edoras, un autre monde dont Einon ne connaissait rien. Il n’y avait pas de dragons en vue mais il n’était pas non plus à Crocus. Il ne connaissait pas ce désert. Il y faisait chaud, bien trop chaud. Il était épuisé, vidé de ses forces et sans eau bien évidemment. Après avoir longtemps erré sans but, marchant vers l’Est, il s’effondra, les lèvres asséchées, l’esprit fiévreux, rêvant d’un océan d’eau douce. D’autres auraient sans doute abandonné mais il était du genre tenace. Il ne pouvait pas mourir ici, pas après avoir survécu à une attaque de dragons. Il ne finirait pas au sein d’un désert, rongé par les charognards. Sur cette pensée, il se releva, se remettant en marche ou plutôt se trainant comme un homme ivre au sommet des dunes jusqu’à finalement en voir le bout sous les traits d’une ville. Etait-elle un mirage ? Le fruit de son cerveau grillé par la chaleur ? C’était possible mais l’espoir renaissait en lui. Il n’y avait qu’à peine un mille entre lui et la première fontaine.

Sur ce le temps passa. Einon Norrington apprit qu’il se trouvait en la terre d’Edoras, comment il avait survécu et où se trouvait la princesse du royaume qu’il avait choisi de servir. Alors il se mit en route vers la capitale royale, croisant d’anciens compagnons de Pergrande qui le regardait passer sans rien dire. Ils étaient tout aussi perdus que lui, si ce n’est plus et n’avaient pas le cœur de livrer un combat. Une fois sa destination atteinte, il marcha vers le palais, espérant voir la princesse Hisui, même de loin, pour avoir confirmation qu’il restait quelqu’un pour guider les habitants de Fiore avant qu’il ne se mette en quête d’un officier afin de reprendre son travail de soldat. Il fut intégré à la première division où il exécutait ses missions quotidiennes avec soin, prenant toujours soin d’effectuer un rapport des évènements importants qu’il avait pu relever. Il considérait son nouveau capitaine, Haru Glory, comme quelqu’un de respectable, courageux, peut-être un peu trop tolérant avec les écarts de conduite et un peu trop léger et franc mais aux yeux du Norrington c’était préférable à une personne qui cachait ses véritables pensées. Ce n’était en soit pas un mauvais capitaine, il était un peu maladroit mais rien d’inexcusable vue sa jeunesse. Pour autant, lorsque la cinquième division fut créée, Einon demanda à son capitaine la permission d’y être transférer, lui expliquant qu’il souhaitait aider cette division à se développer, mais surtout il considérait qu’il y serait plus à sa place même s’il appréciait le temps passé au sein de la première division. Il ne le cachait pas, préférant être franc avec Haru puisque de toute façon celui-ci n’avait pas l’air d’aimer les demi-vérités.

Trois semaines après son transfert, Einon vit arriver le capitaine fraichement nommé de la cinquième division, une femme qu’il ne connaissait que de réputation : Natasha Vinaheim. Celle-là même qu’il avait entrevue lors de l’hécatombe qui solda les grands jeux magiques et dont il n’avait réussi à obtenir le nom qu’à force de questionner des soldats de Fiore et des mages, dans l’espoir que quelqu’un l’eut vu d’assez près pour la reconnaître. Il n’avait toutefois eu l’occasion (ou plutôt l’audace) de l’approcher et la saluer. Il ne voyait guère comment lui dire « Eh coucou, ça te dit d’aller prendre un verre ? J’ai eu l’idée lorsqu’un dragon a voulu me boulotter ! ». Cela aurait été trop bizarre à son goût.



Et puis toi ?
PSEUDO ▬  Tiana
ÂGE ▬ 23 ans
COMMENTAIRES ▬ Et… Cette fois j’espère que c’est bon !
COMMENT ES-TU ARRIVÉ ICI ? ▬ C’est Tiana, pour votre plus grand (dé)plaisir !
LE CODE ▬ Validé par Wendy ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Crédits : (c) Mirajane <3
Messages : 128
Date d'inscription : 23/05/2014
Age : 19

Natasha Vinaheim
Capitaine de la Cinquième Division de l'armée
MessageSujet: Re: Einon Norrington, un parjure honorable ? (fini)   Sam 13 Oct 2018 - 0:42

Re-bienvenue à toi, futur larbin ! ❤
J'espère que tu es prêt à travailler dur pour faire la fierté du Gouvernement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Messages : 4
Date d'inscription : 13/10/2018

MessageSujet: Re: Einon Norrington, un parjure honorable ? (fini)   Sam 13 Oct 2018 - 0:59

Tout ce que vous voudrez votre Sérénissime !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 187
Date d'inscription : 13/03/2015
Localisation : capitale royale d'edolas

Chase Young
Soldat de la Première Division
MessageSujet: Re: Einon Norrington, un parjure honorable ? (fini)   Sam 13 Oct 2018 - 1:11

bienvenu a toi sur le fofo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Crédits : Junie
Messages : 794
Date d'inscription : 10/07/2013
Age : 25

Wendy Marvell
Fairy Tail - Earthland
MessageSujet: Re: Einon Norrington, un parjure honorable ? (fini)   Sam 13 Oct 2018 - 16:36

Rebienvenue Einon !

Encore un gens au gouvernement, ce groupe se remet à briller ! Toutefois, même si c'est pas précisé mot pour mot, mais avec une grosse insinuation, la place de bras-droit n'est pas atteignable à la présentation. Tu devras commencer avec le rang S que tu as déjà obtenu avec ton premier compte donc il y a de fortes chances que tu l'aies avec celui-là x) (Parce que bon, on veut quand même laisser la chance à Natasha de décider + d'apprendre à connaitre ton personnage et pas vraiment imposer comme ça. Le teamwork is very important -meurt-)

Ensuite, concernant la magie, j'ai un gros problème avec la description qui est trop proche de celle de Natasha. Je veux bien que tu te sois inspiré de son Take Over pour espérer être validé avec cette magie parce qu'elle n'est pas évidente à mettre en place, mais là... Il y a trop de similitudes, c'est à la limite du plagiat. Par exemple, sur la façon dont les esprits se manifestent, la deuxième transformation qui offre les mêmes avantages et la 3ème que vous ne maitrisez pas tous les deux. Mais bon ça... N'importe qui peut avoir l'idée en vérité. D'ailleurs, pour rebondir sur la 3ème, tu précises que ton personnage peut se servir que du feu et la lave n'est pas du feu. Je trouve aussi qu'avoir en point faible que le contraire élémentaire et la 3ème transformation qui n'est pas trop maîtrisée c'est peu par rapport à ce que fait ton personnage dans son histoire. Il faudrait que t'ajoutes plus de contre-parties si tu peux aller aussi loin car même dans ton histoire, la contre-partie de l'eau ne touche pas la seconde transformation. Surtout que... Quitte à comparer avec Natasha jusqu'au bout, sa dernière transformation lui permet de lancer une seule attaque, tu peux tenir avec la tienne pendant 5 minutes... Elle est capitaine, tu es en-dessous, il y a un petit problème, non ?

"La magie du Take Over permet à l’utilisateur de s’approprier l’apparence et les pouvoirs des créatures rencontrés ou combattus" > C'est surtout combattu sinon ce serait trop simple.
"se servir du feu pour renforcer des attaques physiques." > Pour moi, le feu ne renforce pas, il brûle x) Puis ton take Over renforce ta puissance de base d'après ton début.
"doté de quatre ailes de cuirs" > Tu peux voler avec ça ? Les ailes sont surtout à base de plumes ou de peau. Après, rien ne t'empêche d'avoir des ailes de feu pour voler, mais le cuir, ça me laisse perplexe ><

Pour ton histoire, j'ai un peu du mal avec cette organisation où il y a un gros prologue pour, au final, un chapitre ><
"Une pluie de cendres tombaient sur la capitale de Pergrande, encore chaudes de l’incendie qui avait emporté de nombreuses vies en plus de celles du roi et de certains de ses enfants." > Ils étaient dans une résidence secondaire, sur une montagne d'après l'histoire que j'ai tapée avec Hakuryuu (Et je me suis basée sur celle de Gyokuen comme elle a eu le personnage avant moi). Du coup, il n'y a pas de proches, ni de voisins.
Ensuite, ce qui me gêne, c'est que Gyokuen ne se serait pas contentée que de tuer le père, elle aurait mené une enquête pour savoir s'il n'était pas lié à d'autres personnes pour être sûre de réduire tout le monde au silence. Il y a, certes, Hakuryuu et Kouha, mais elle tient une autre partie de la famille en otage. Pour Crimson, elle a simplement gardé la chose pour elle. Du coup, il faudrait que tu trouves autre chose pour que ton personnage soit au courant de cette histoire (Et surtout pour qu'il ait eu l'occasion de naitre). Pergrande est un grand pays et le réseau de Gyokuen est immense.
"A ses yeux l’un était faible, l’autre avide et aucun ne regardait en direction du peuple" > Sauf que Gyokuen a réussi à berner tout son peuple vu qu'il ne se doute de rien. Tu peux toujours garder la vision que ton personnage a de ce royaume, mais il faudrait que tu justifies la chose plus habilement et que, malgré tout, il faut que tu mettes un peu plus en avant le fait que la Reine soit douée dans son jeu d'acteur parce que là, ça donne un peu l'impression que n'importe qui peut le remarquer >< Surtout que ton personnage est dans le gouvernement, il pourrait balancer Gyokuen à n'importe quel moment sans rien subir, c'est trop facile =/
"avant même d’avoir gagné la salle du trône" > Honnêtement, tu n'atteins même pas le Palais.
Après, je voudrais juste une précision concernant le sauvetage de ton personnage. Est-ce que sa soeur a fait ça toute seule ou elle a eu une aide très conséquente ? De plus, on ne sait pas quand, ni comment il a eu les deux premières transformations... Une petite mention comme pour la 3ème ne serait pas de refus !
"il fit une demande pour passer au rang S et se vit envoyer sur une mission au sud d’Edoras" > Je suppose que tu voulais dire Earthland ou même Fiore ? Edoras c'est le monde parallèle qui est accessible après le Dai Matou Enbu de x791, mais tu as le rang bien avant.
Enfin, le dernier point est sur Hughes. Il utilise la torture en dernier recours sachant que lui-même n'aime pas s'en servir donc c'est dommage de lui reprocher ça pour changer de division, tu pouvais rester sur quelque chose de simple.

Etant donné que tu as beaucoup de choses à changer, nous allons attendre que tu t'en occupes avant de te donner le sujet du test RP comme il se peut que l'idée change en cours de route. Bon courage pour celles-ci et à la moindre interrogation ou souci, les MP sont disponibles \o/ (Même si je suis pas très sûre de répondre très vite comme il faut que je me prépare bien pour le quiz x_x)

_________________
[19:33:32] Menma Yadomi : 1 bo joure il é nai é pi il é maur <- Plus epic, y'a pas

Bazar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Messages : 4
Date d'inscription : 13/10/2018

MessageSujet: Re: Einon Norrington, un parjure honorable ? (fini)   Sam 13 Oct 2018 - 16:53

Alors je vais tâcher de corriger ça.

Pour la magie je vais voir à régler ça, ça devrait être le plus rapide.

Pour le coup de la capitale réduite en cendres j'ai cru lire ça dans le supplément sur Pergrande : "x780 : Incendie qui ravagea la capitale de Pergrande" => ça m'avait paru plutôt clair. Si c'est une résidence secondaire qui crame c'est pas pareille ! :)

Pour le reste faut que je vérifie en détails... Vu les commentaires j'ai l'impression de pas avoir pris le bon fichier... Ou pire d'avoir fait du bordel lors des remaniements, ce qui voudrait dire que je suis bon pour repartir du début...

Enfin pour le poste et le rang S, je comprends. De toute façon il me faut régler le problème de l'histoire et de la magie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Crédits : Junie
Messages : 794
Date d'inscription : 10/07/2013
Age : 25

Wendy Marvell
Fairy Tail - Earthland
MessageSujet: Re: Einon Norrington, un parjure honorable ? (fini)   Sam 13 Oct 2018 - 17:08

Je passe pour dire que j'ai modifié l'annexe pour corriger mon erreur, il valait mieux tard que jamais, mais c'est bien, ça permet de voir ce que tu as lu \o/

Il faut dire que c'est pas évident ce que tu veux faire, n'hésite pas à prendre le temps qu'il te faut pour tout corriger. Et oui, encore une fois, bon courage x_x

_________________
[19:33:32] Menma Yadomi : 1 bo joure il é nai é pi il é maur <- Plus epic, y'a pas

Bazar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Messages : 4
Date d'inscription : 13/10/2018

MessageSujet: Re: Einon Norrington, un parjure honorable ? (fini)   Lun 15 Oct 2018 - 13:13

Bon voilà c'est pour dire que j'ai fait les modifications nécessaires et que vous pouvez me repasser dessus !

Précisions sur les modifications :

J'ai modifié la magie (je trouvai rien de satisfaisant pour corriger et compléter les points requis pour le TO...) pour une magie de construction de cristal. C'est bien les magies de base puisque le plagia est inévitable ! J'ai mis quelques exemples de sorts pour donner le meilleur aperçu possible de l'idée que je m'en fais et de l'usage escompter.

Sur l'histoire : c'est désormais un déserteur. Ca reste de la trahison mais c'est bien moins casse-pieds que les tentatives d'assassinat sur de vils monarques ! *vérifie que la sortie de secours est pas loin*
Le rang S est acquis avant l'arrivée en Edoras et la division prise à l'arrivée est celle de Haru (je voyais pas trop comment me débrouiller avec Hugues...).

En espérant ne rien avoir oublier et ne pas avoir fait d'autres bêtises !

*laisse une boîte de cookies sur le bureau du staff pour le mettre de bonne humeur*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 124
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 122
Localisation : Là ou s'arrète la réalité et débute l'imagination

Colchique Déimos
Indépendants
MessageSujet: Re: Einon Norrington, un parjure honorable ? (fini)   Lun 15 Oct 2018 - 15:28

Rebienvenue sur le Forum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Einon Norrington, un parjure honorable ? (fini)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Einon Norrington, un parjure honorable ? (fini)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un honorable chevalier
» Discours de la très honorable gouverneure Michaëlle Jean
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Reborn :: Avant le rp :: Fiches des mages-
Sauter vers: