AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Reflet de ciel d'orage sur le monde [ft Einon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Crédits : (c) Mirajane <3
Messages : 144
Date d'inscription : 23/05/2014
Age : 20

Natasha Vinaheim
Capitaine de la Cinquième Division de l'armée
MessageSujet: Reflet de ciel d'orage sur le monde [ft Einon]   Jeu 29 Nov 2018 - 23:03

Reflet de ciel d'orage sur le monde
fiche de présentation - blanc frost
Les doigts refermés sur une poignée de documents, le visage fermé, la capitaine de la cinquième légion lisait l'une après l'autre les phrases encrées de manière indélébile. Le seul changement qui s'opéra dans la pièce durant tout le temps qu'elle passa à parcourir les différents rapports qu'on lui avait apporté, c'était le plissement de ses yeux. Les choses ne s'arrangeaient pas et cela ne lui plaisait guère. Depuis quelques temps une guilde illégale avait fait son apparition au sein de la cité royale et profitait du mécontentement de certains vis à vis du système actuel pour s'accroître de façon inquiétante. Le problème était aujourd'hui tel que le conseil magique dont elle faisait partie craignait que cette association d'hors-la-loi ne rejoigne l'un des trois piliers de l'alliance de Baram, leur offrant un pied à terre en plein cœur du centre du pouvoir. Sans compter de la menace grandissante que ces personnes représentaient. Mages ou non, à partir du moment où la sécurité du roi, de la princesse et des habitants était compromise Natasha se devait d'être intransigeante.
Les autres divisions ayant déjà suffisamment à faire de leur côté, la jeune femme s'était portée volontaire pour assurer la résolution de cette affaire, et elle comptait bien s'en occuper personnellement. Plusieurs dizaines de ses hommes avaient péris à cause de cette organisation, ce qui était absolument impardonnable et qui n'avait eu pour conséquence que de la rendre plus déterminée à les arrêter. Et pour cela, la commandante avait une bien une idée.

Laissant de côté les feuilles qu'elle tenait entre les mains, elle laissa son dos reposer contre le dossier de son fauteuil. D'un geste du bras, elle ouvrit l'un des tiroirs de son bureau et y saisit un classeur rouge. Celui-ci représentait l'ensemble de ses recherches et des informations qu'elle avait pu recueillir à propos de sa cible, et tout y était organisé de façon très rigoureuse : étiquettes, code couleur, photos, anecdotes... Elle n'avait rien laissé au hasard et aujourd'hui elle se sentait prête à passer à l'action.
Usant de la lacryma de communication qu'elle possédait dans son bureau, Vinaheim fit savoir à Einon qu'elle souhaitait le voir dans son bureau. Immédiatement. Elle avait besoin de quelqu'un de fort avec suffisamment d'expérience pour restreindre ses pouvoirs tout en restant efficace. D'autant que le rang S pourrait, pour une fois, user de ses flatteries à bon escient.

Lorsque le crystal maker fut introduit dans son bureau, Natasha le fixa de ses yeux pourpres et le jaugea comme elle l'aurait fait avec une arme avant de l'acquérir. Oui, il serait parfait.
Seulement après cela elle lui proposa de s'asseoir tandis qu'elle même se leva de son siège. Comme toujours, elle ne passerait pas par quatre chemins et se montrerait aussi directe qu'elle le pouvait.

« Officier Norrington. Si je vais ai fait venir aujourd'hui, c'est parce que j'ai une mission importante à vous confier. Soyez prévenu, je ne tolérerai aucun échec.
Êtes-vous prêt à m'écouter ?
 »

Qu'il ne le soit ps l'étonnerait grandement, mais elle préférait tout de même demander au cas ou. La réponse du jeune homme ne se fit pas attendre et la magicienne ferma les yeux un instant. Bien. Lorsqu'elle les rouvrit, se fut pour les regarder son soldat droit dans les yeux avec détermination.

« J'imagine que vous êtes déjà au courant, mais ces dernières semaines une organisation souterraine croît de façon inquiétante ici même, au cœur de la cité royale. » Elle marqua une courte pause avant de reprendre de plus belle. « Nous ne pouvons tolérer cela plus longtemps. »

Ses iris brillaient. Elle se devait de faire honneur au Gouvernement et à sa division en garantissant la sécurité de chacun.

« Je vous ai choisi pour participer avec moi au démantèlement de cette guilde illégale. Nous les ferons tomber de l'intérieur en nous servant de leur recrutement important et peu sélectif pour infiltrer leur rang. Je ne vous cache pas que cela possède une part de risques non-négligeable et pourrait traîner en longueur, cela vous pose-t-il un problème ? »

Autant être honnête. Cette mission n'avait rien d'évident et ce vis-à-vis de nombreux points, mais c'est pour cela que la capitaine faisait appel à lui. S'il fallait reconnaître que sa voix mielleuse et son attitude de parfait petit assistant lui donnait envie de lui arracher la tête, il était indéniable que le brun était un excellent élément pour la cinquième cohorte. Une fois satisfaite de sa réponse, le général de Mystogan pu continuer.

« Mes ordres sont simples : je veux que vous disparaissiez. Soyez méconnaissable, je ne veux plus d'Einon Norrington. Changez de nom, changez de physique, inventez-vous une nouvelle vie et infiltrez cette organisation. Afin de vous aider, je vais ai préparé cela. » Elle fit glisser le classeur qu'elle avait préparé devant lui, et le tapota du bout ud doigt. « Lisez-le et préparez-vous comme il se doit. Je vous retrouverai là-bas dans une semaine. Ne me décevez pas. »

Si Natasha lui demandait tout cela, c'est bien parce que dans ce réseau se trouvaient des personnes qui les connaissaient ou les avaient déjà vus. Sa position de capitaine et de membre du conseil la rendait elle-même particulièrement vulnérable sur ce point. Tous deux devraient donc se montrer particulièrement prudents à ce niveau-là.

A la fin de leur entrevue, la blonde laissa Einon prendre congé. Il avait beaucoup à faire de son côté pour être à la hauteur. Elle aussi avait encore bon nombre de préparatifs à finaliser.
Saisissant le poignard qu'elle gardait en permanence sur elle, Vinaheim s'approcha du seul endroit de son office où elle pouvait admirer son reflet : la fenêtre. Elle rassembla ses cheveux puis, d'un geste sec du poignet, les coupa. Voilà une chose en moins à faire.

FICHE PAR DITA | EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 47
Date d'inscription : 13/10/2018

Einon Norrington
Soldat de la Cinquième Division - Rang S
MessageSujet: Re: Reflet de ciel d'orage sur le monde [ft Einon]   Ven 30 Nov 2018 - 1:30



Refets de ciel d’orage sur le monde



Le Norrington était dans la paperasse jusqu’au cou, épluchant les inventaires et autres ignominies de la vie administrative de la division, décidé à comprendre comment il se faisait que depuis maintenant trois semaines, chaque fois qu’il faisait l’inventaire, il manquait toujours des choses. Il voulait bien qu’il y ait de la perte mais pas qu’on lui garantisse qu’il avait compté deux fois une arme, une armure ou des objets de communication. Il savait encore compter ! Il n’avait qu’une explication : quelqu’un se servait dans les placards quand il avait le dos tourné. Le souci, c’est qu’il voulait en être sûr avant de martyriser toute la division. Alors il épluchait les bons de commande, les inventaires passés, les livres de comptes… Ce qui lui donnait l’occasion de s’auto-congratuler et de se maudire à la fois en voyant la quantité de détails qu’il prenait soin de noter, les renvois à des annexes pour de plus amples précisions…

Un bruit le dérangea alors, l’obligeant à relever la tête. C’était quoi au juste ? Une voix non ? Celle de… Eh oui Natasha… Cette belle, douce, adorable petite capitaine… Qu’il n’avait toujours pas su inviter à prendre un verre comme désiré depuis les jeux magiques ! Elle était derrière sa porte ? Non, elle serait déjà entrée ou à tambouriner à la porte ou il l’entendrait mieux, pas d’une façon étouffée. Son regard se posa alors sur la pile de papier, lamentablement étalé et il se rappela que c’était dessous que devait se trouver sa lacryma de communication. Il déplaça rapidement les feuilles, retenant un juron en manquant de faire tomber une pile et prit la communication, écoutant ce qu’elle lui voulait et lui assurant arriver aussi vite que possible.

Natasha voulait le voir ? Il était aux anges, comme un gamin devant le sapin de Noël découvrant ses cadeaux. Evidemment, il n’était pas idiot et se doutait que, faute d’avoir de nombreux rang S, ni de bras-droit, elle ne pouvait guère faire autrement que considérer son existence. Mais il prenait chaque attention de sa part comme une bonne chose. C’était mieux que d’être ignoré n’est-ce pas ? Einon quitta son bureau en trombe, prenant tout juste le temps de prendre son manteau, fermé la porte à clef puis filer au palais, partant comme un dératé dans les rues de la ville. Elle n’avait pas dit si c’était urgent alors il fonçait. Il ne s’arrêta qu’une fois aux portes du palais, pour adopter un rythme tout à fait normal, quoi que rapide -au moins il marchait désormais- pour faire les derniers mètres le séparant de sa destination. Cela lui permettrait de reprendre son souffle, ne pas donner l’impression qu’il avait voulu arriver dans le quart d’heure. Devant la porte du bureau du capitaine de la cinquième, il réajusta son manteau, sa chemise, ajusta les plis de son pantalon rapidement puis il frappa deux coups secs à la porte, attendant quelques secondes qu’elle ne lui autorise d’entrer puis poussa la porte, l’air calme, détendu, impassible.

« Capitaine. » la salua-t-il, posant ses yeux saphirs sur elle alors qu’il faisait route vers le bureau. Elle avait l’air fermé, et il se prit à espérer que ce n’était pas de sa faute -ce n’était pas impossible, il avait pu commettre quelques petites erreurs-. « Vous m’avez demandé. ». Ce n’était pas une question mais une simple affirmation, une invitation à lui faire part de sa volonté. Silencieux, il l’écouta, pesant soigneusement les mots « une mission importante » disait-elle ? Voilà qui avait de quoi éveiller sa curiosité, surtout si elle ne tolérerait aucun échec de sa part. De toute façon, ce n’était pas dans son genre de collectionner les échecs. Il en avait quelques-uns, comme tout le monde, mais son ratio était si infime qu’il n’était même pas digne d’être mentionnée -le jugeait-il du moins-.

« Je suis à vos ordres, capitaine. Je me dois d’être prêt à répondre à vos demandes à tout instant. » répondit-il avec le même calme impassible, la laissant reprendre sans qu’il ne montre la moindre défaillance sous son regard déterminé. Elle lui parlait d’une affaire qu’il avait en horreur, une qui le défrisait au plus haut point et sur laquelle il se renseignait depuis quelques semaines déjà, espérant trouver une façon de tout régler d’un seul coup. Oui, il était au courant pour cette organisation qui croissait d’une façon plus qu’inquiétante au cœur de la cité royale. Alors, qu’elle le choisisse pour participer à son démantèlement, surtout avec elle, ne pouvait en aucun cas donner autre chose que son acceptation inconditionnelle. Il eut même un sourire carnassier, extrêmement malaisant, digne d’un tueur psychopathe avant qu’il ne lui réponde.

« Je n’ai aucun problème lorsqu’il est question de nettoyer les ordures, madame ! ». Nettoyer les ordures ? Une bonne formule vue la situation se dit-il après coup avant d’ajouter, sur le même ton neutre « Et le risque est relativement négligeable. ». Oui, à côté de fuir Pergrande et danser avec des dragons, cette mission avait tout pour paraître simpliste. Toutefois il ne la prenait pas à la légère et ce que ces mots ne traduisaient pas, son regard sérieux, froid, déterminé le montrait aisément. Natasha le fixant intensément ne manquerait certainement pas de le comprendre. D‘un signe de tête, Einon l’invita à poursuivre ses explications. Disparaître, s’infiltrait ? Eh bien voilà qui était dans ses cordes. Elle serait surprise quand elle le rejoindrait… Oh ça oui…

« Je ferais en sorte de répondre à vos attentes. » dit-il sans faire le moindre geste vers le dossier. Il ne le prendrait que lorsqu’il quitterait les lieux. « Puis-je savoir quel rôle vous comptez jouer ? Si je me dois de les infiltrer en premier, ce que je ferais sans mal, je pourrais les convaincre de vous recruter à votre tour, en me montrant des plus persuasifs. Je crois comprendre que c’est ce que vous comptez faire ? ». Mieux il connaitrait son rôle, plus il pourrait prévoir ses réactions et tout contrôler à la perfection. C’était l’intérêt de dresser des plans non ? Ne pas se faire surprendre ! «Je réfléchirai à mon propre personnage, dans le détail, mais nous pourrions imaginer que vous soyez, je ne sais pas moi, une petite amie ? J’ai entendu dire quelques soldats que nous nous disputions parfois comme un vieux couple… Ca aurait le mérite d’être crédible ». Il avait dit cela le plus naturellement possible avant de commencer à exposer une autre raison à ce genre de jeu « En outre, une fois sur place il nous serait plus simple de nous retrouver dans une pièce isolée sans attirer les soupçons. Cela faciliterait la discussion entre nous. Personne ne fait attention à deux amants… ». Il y avait des chances qu’elle refuse, mais, stratégiquement, il considérait que c’était l’une des meilleures couvertures possibles,  et surtout la plus pratique. Il voyait mal justifier des messes basses à des « camarades » d’une association clandestine.

Tout en attendant sa réponse, il réfléchissait à son personnage, concevant un être sournois, cynique, sombre, vicieux… Lui dans ses pires jours en fait. C’était une bonne base, aisée à tenir. Natasha ? Il l’a voyait comme une petite amie dont il serait follement amoureux, qui serait complétement déjantée, qui risquait de partir en vrille à la moindre occasion… Sauf que ce n’était pas déjà un peu ça la maîtresse de la foudre ? De toute façon, il serait impossible de chasser leur naturel, alors autant s’en servir.

Une fois qu’elle lui eut répondu, Einon prit le classeur, assez lourd. Il en aurait pour plusieurs heures de lecture mais cela ne le rebutait pas. « Si vous n’avez rien à ajouter, je vais étudier cela. Je vous préviendrai de mon départ par lacryma si je ne vous vois avant. Evidemment, par précaution, je dirais me rendre sur une mission bien loin d’ici. D’ailleurs, quelques jours avant de me rejoindre, quitter la ville en vous faisant remarquer puis revenait sous un autre visage. Ca marche toujours ! ».

Sur ces mots, il quitta la pièce, après s’être assuré qu’elle n’ajoute quelque chose. De retour dans ses quartiers, il étudia ce dossier, comparant avec ses propres informations avant d’établir son personnage. Une fois qu’il l’eut en tête, il prit sa valise et entreprit de la remplir du nécessaire, sans oublier sa brosse à dent, laissant son manteau bien à l’abri de son armoire. Il changea sa coupe de cheveux en un catogan serré, se refusant de les couper, passa un pourpoint en cuir brun, des mitaines et prit une longue cape qui le dissimulerait des regards lorsqu’il quitterait la caserne. Il utilisa la lacryma de sa chambre pour prévenir Natasha qu’il partait pour les montagnes d’Edoras s’occuper d’une secte comme convenu puis il laissa Einon disparaître, prenant son masque du jeune mage ténébreux, Harold Moreau, venant d’un petit village d’Isvan et désireux de s’enrichir facilement, au prix de nombreuses vies si besoin. C’était ce détail qui le changeait le plus d’Einon. Il était capable de tuer de sang-froid mais n’était pas non plus un assassin de métier.

A la tombée de la nuit, Einon se présenta sur le lieu de recrutement, taverne sordide peuplait des pires déchets pouvant trainer en la paisible capitale. Là, il observa les visages, les mémorisant par habitude dans un coin de sa tête, se disant que peut-être il pourrait les coller au trou plus tard puis il s’approcha d’une file qui se formait derrière une table. Tellement évident mais comme la garde ne venait jamais ou presque ici c’était un bon plan. Il attendit son tour, silencieux, froid. Il ne répondait à personne, écouter les conversations, notait que l’homme qui tenait le registre se nommait Ulfric. Toutefois ce n’était pas de lui dont il se méfiait plus, mais de l’espèce de petite fouine derrière qui murmurait parfois à son oreille, tel un vil serpent. Plus tard, il découvrirait que son nom était Johanna Reese, un criminel d’Edoras qu’il ne parvenait pas à apprécier.

Lorsque ce fut son tour, Einon les regarda longuement, aimant leur faire perdre un peu de temps, les regardant d’une façon qui les mettrait mal à l’aise puis il se présenta, lui et ses prétendus intérêts.

« J’ai appris que vous engagiez. Je suis un mage d’Earthland. Avant que vous ne le demandiez, ma vie consiste à tuer mes adversaires. ». Il n’avait absolument pas menti sur ce point, si ce n’est qu’il ne tuait que rarement dans l’exercice de ses fonctions. « Harold Moreau, c’est ainsi que l’on me nomme. ».

La fouine -il ne parvenait pas à le regarder autrement- le dévisageait ; il n’aimait pas cela. Il avait pourtant bien remarqué qu’il procédait ainsi avec tout le monde. Un test, ce n’était rien de plus. Il ne semblait pas l’avoir reconnu, c’était presque gênant pour Einon d’ailleurs qui ne comprenait pas que les gens oubliaient aisément son visage dès lors où ils ne s’attendaient pas à le voir revenir ou se présenter en un lieu où il n’avait pas l’habitude d’aller, excepté lorsqu’il se livrait à quelques excentricités dont il avait le secret.

Le recruteur lui fit signer le registre et lui dit d’aller dans une autre pièce où il découvrit quelques autres de ses futurs compagnons. Des moins que rien à ses yeux, des faibles. Il pourrait facilement tous les avoir avant même que l’un d’eux ne réagisse. Mais il attendit et quelques heures plus tard le soldat découvrait les locaux de la guilde illégale, située dans une taverne depuis longtemps fermée, rachetée par un homme que personne ne connaissait et qui, Einon en était persuadé, n’existait tout bonnement pas. Il y passa la plupart du temps qui suivit, apprenant à connaître les autres membres, montrant sa magie en les baratinant sur le fait que ce n’était pas du cristal mais du verre, dont l’aspect n’était pas si différente, entreprit de flatter les égos de chacun, s’attirer les foudres de certains et de s’approcher des gros bonnets, assez pour glaner quelques menus informations. Rien d’utiles en soit mais savoir les plans proches étaient une bonne chose.

Un soir, alors qu’il profitait d’un verre d’alcool en la compagnie d’une donzelle crasseuse à souhait, qu’il avait bien envie d’envoyer à la baignoire, il se prit à imaginer ce que serait le royaume s’il était roi à la place de Mystogan.

Pour commencer, il se serait montré bien plus sévère. Il n’y aurait eu de pardon général, seulement des cas particuliers. Les capitaines et autres membres du gouvernement à avoir servi sous l’ancien roi, Faust, auraient été démis de leurs fonctions, renvoyaient au plus bas rang quand ce n’était pas chassé purement et simplement du gouvernement. Evidemment, il aurait accepté que certains prouvent que leur collaboration avec l’ancien régime n’était dû qu’à la nécessité des circonstances mais des gens comme la Knightwalker aurait, pour la forme, perdue leur poste et n’y serait revenu qu’après maintes années. Il ne voulait pas donner l’impression de faire signe de faiblesse, peu importait l’existence de liens passés avec cette personne. Roi, il aurait également organisé autrement l’armée. Il aurait certes repris les mêmes divisions mais il aurait nommé, dans les plus brefs délais les capitaines et bras-droits afin de ne pas laisser de vide perturbé le fonctionnement. Le Norrington imaginait également qu’il aurait fait le même choix que Mystogan en s’alliant avec la princesse Hisui mais il se serait inféodé totalement sous leur autorité conjointe le Conseil de la Magie, n’aimant pas l’idée que des mages, sous prétexte de leur puissance puissent prendre des décisions d’envergures, capables d’influer sur le royaume. Aurait-il donné aux capitaines et bras droit une place ? Oui. C’était une bonne façon de faire entendre l’avis de l’armée. Vis-à-vis des guildes, il aurait instauré un régime assez sévère, imposant des contrôles réguliers et une répression des abus si draconiennes que des histoires de destruction de bâtiments publics comme l’on pouvait en dénombrer à l’actif de Fairy Tail et Sabertooth, champions en titre toutes catégories, ne se seraient jamais produites ou du moins auraient rapidement cessées. Enfin, il aurait donné l’armée sur Pergrande et les guildes illégales dès la première heure, afin de les briser et les empêcher de se développer. Ensuite seulement il aurait pensé à construire une paix durable, sans jamais tomber dans la naïveté que le mal ne reviendrait pas souiller son beau royaume.

Lorsqu’il revint à la réalité, Einon était seul. Son verre encore à moitié plein. Il le vida et partit se coucher. Deux jours plus tard, une nouvelle session de recrutement eut lieu et, en principe, Natasha devrait le rejoindre. Il s’était arrangé pour être présent dans la salle, profitant que la fouine ait à discuter avec d’autres personnes en d’autres lieux au même moment et attendit. Il espérait qu’elle ait reçu son petit message transmis par un mage de Sabertooth qu’il coinça dans un bar la veille et à qui il ordonna de le porter à la fille qui avait fait se déplacer le dragon blanc pour l’engueuler, ce qui était assez clair pour n’importe quel membre des tigres de ce qu’il savait. Le mot était simple « Je me porte à merveille. Les Quatre Cavaliers ne sont pas des plus sagaces mais ils sauront satisfaire vos désirs. Je vous attend au recrutement de demain soir. Votre Harold préféré. Le tonner de votre voix et la foudre de votre regard me manquent grandement ! ». La fin n'était qu'une façon de lui assurer qu'il était bien l'auteur du message, puisqu'il usait parfois de ce genre de formulations en sa présence. C'était son style.
 
Einon

 


HRP défi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Reflet de ciel d'orage sur le monde [ft Einon]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LE MONDE DE SKYRIM
» Septième ciel
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Reborn :: Le vaste monde d'Edoras :: Continent de Medoh - Nord :: Cité Royale-
Sauter vers: