Rejoignez-nous, pour une aventure unique dans le monde des fées ~ ♦ Le forum a désormais 2 ans !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum fermé. La partie RP est en revanche ouverte.

Partagez | .
 

 Hostilités paradoxales ft. Mystogan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erza Knightwalker
Capitaine de la Seconde Division de l'armée
avatar
Crédits : (c) archanemy
Messages : 120
Date d'inscription : 28/12/2014
Age : 20
Localisation : Château d'Edoras

Fiche de mage
Magie / Arme: Magic Spear - Ten Commandments.
Niveau: 24
Expérience:
382/600  (382/600)

MessageSujet: Hostilités paradoxales ft. Mystogan   Sam 11 Avr - 21:16




Le château était calme, ce matin là. Les servantes s'activaient dans les cuisines et dans les chambres, Coco courrait par tous les côtés et les entraînements venaient de se terminer. Une journée type du Royaume d'Edoras, en somme. Cela faisait un moment qu'aucun conflit n'avait eu lieu et leur nombre semblait considérablement réduit. Même le sud du pays s'avérait s'être apaisé, et ce, depuis plus d'un an. Depuis le couronnement du nouveau Roi. Edoras n'avait jamais été aussi prospère et les habitants jamais aussi heureux depuis l'assassinat de la Reine. Tout était redevenu un peu comme avant, quand Faust était encore un bon Roi, clément et sans aucune méchanceté. C'est fou, comme les gens peuvent changer.
En revanche, s'il y en avait une qui n'avait pas du tout changé, c'était bel et bien Erza Knightwalker. Car, comme souvent, c'était encore elle qui vint perturber la tranquillité du château.

De retour des entraînements, le corps encore collant par la sueur et salit par la poussière, elle pénétra entre les murs de pierre, faisait résonner son pas métallique et reconnaissable. Selon le tempo et le bruit, on pouvait deviner son humeur. Et là, ça claquait vite et fort. En général, quand c'était cette cadence là qui se faisait entendre, la vie dans le palais s'éteignait et tout le monde disparaissait mystérieusement pour ne pas avoir à la croiser. Mais le Roi Jellal, lui, n'y échappera pas en cette belle matinée de printemps.

Arrivée devant la porte du bureau royal, elle ne prit même pas la peine de réajuster son armure ou de s'arranger un peu. Pas le temps pour les formalités et les bonnes manières. D'un coup d'épaule, elle ouvra grande la porte de bois, grimaçant lors de l'impact. Elle ne l'avait pas imaginé si lourde. Connerie. Elle donna un coup de pied plein de rage dedans avant de venir à la rencontre du Roi, penché sur ses papiers. Il n'avait même pas relevé la tête ; il savait qui c'était. Et ce manque de réaction agaça davantage la rousse qui claqua ses deux mains gantées de fer sur la surface impeccable du bureau.

Cela faisait plus d'un an que Jellal devait supporter les crises et coups de gueule de l'ancienne Hunter Fairies et il semblait s'en être accommodé. Du moins, avec plus de facilité que les autres grâce à sa patience exemplaire. Erza l'avait remarqué aussitôt : Elle n'avait jamais eu autant de difficulté à tenir tête à quelqu'un d'autre qu'au Roi.

« J'ai eu vent que vous vouliez changer les tours de gardes, Majesté. »

Elle fronça davantage ses sourcils en même temps, arborant ainsi un air des plus sévères. Mais elle savait bien qu'il en fallait plus que ça pour impressionner le souverain. Alors elle se pencha davantage en grinçant des dents, l'air féroce, plantant ainsi son regard perçant dans le sien.

« Je ne pense pas que ça soit à vous de choisir ce genre de choses mais plutôt à la personne qui est sensée se charger et programmer la protection de votre royal derrière. C'est à dire, moi. »

Sûrement qu'Haru était dans le coup. Sûrement espérait-il de cette façon échapper à la commandante et pouvoir fuir comme bon lui semblait. Sûrement imaginait-il qu'il pourrait se balader la nuit en la mettant de garde la journée. C'était absurde. Et incroyablement offensant. Peut être autant que le fait qu'elle veuille le protéger ainsi alors qu'elle donnait l'impression de le détester depuis le début. D'ailleurs, c'était un Roi, le Roi. Mais pas son Roi.
Erza Knightwalker était un redoutable paradoxe à elle seule.

« Je ne vous laisserai pas échapper à ma surveillance et à ma fonction, Monseigneur. »

Elle siffla dangereusement sur le dernier mot, comme un serpent prêt à mordre.


j'espère que ça t'ira !  

©️ Great Thief sur Epicode

Gain d'xp: 6
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mystogan
Roi d'Edoras
avatar
Crédits : Pep's / Erza <3 & me
Messages : 143
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 19
Localisation : capitale royale d'Edoras

Fiche de mage
Magie / Arme: Bâtons magiques
Niveau: 18
Expérience:
43/342  (43/342)

MessageSujet: Re: Hostilités paradoxales ft. Mystogan   Mar 21 Avr - 22:18

Hostilités paradoxales
feat. Erza knightwalker



Les dossiers administratifs. Voilà une activité dont le roi se serait bien passée. Il recevait plusieurs dizaines de lettres et demande d’autorisations en tout genre par jour. Il avait su lorsqu’il avait accepté de prendre la suite de son père, que son poste allait lui demander beaucoup de temps et de responsabilités. Et il l’avait accepté, il avait été prêt à faire cela pour son peuple. Mais finalement, la gestion administrative s’était avérée beaucoup plus chronophage et beaucoup plus ennuyante qu’il ne l’avait imaginé. Ouvrant une énième lettre, il soupira. La lettre en question contenait une invitation à séjourner dans le sud d’Edoras, dans une petite contrée dirigé par un aristocrate. Ce n’était pas la première dans son genre. Un de ses conseillers lui avait expliqué qu’ainsi, les ducs et comptes espéraient s’attirer les faveurs royales et qu’avec un peu de chance, Jellal puisse rencontrer leur fille et peut-être tomber sous son charme. Mais l’ancien mage trouvait cela futile et décida de refuser catégoriquement toute invitation. Il rangea la lettre dans son enveloppe et la plaça sur une pile réservée aux courriers indésirables.
L’edo-Jellal commençait à peine à lire une nouvelle lettre qu’un bruit sourd provint de la porte. Quelques secondes plus tard, un second coup se fit entendre mais plus puissant cette fois, ce qui ouvrit la porte en question sous le choc. Le roi n’avait pas besoin de lever les yeux pour savoir qui se tenait dans l’embrasure de celle-ci. Le commandant Knightwalker. Il connaissait même les raisons de sa visite. Il n’avait fait qu’une seule chose récemment qui ait pu la mettre dans cet état. Lorsqu’il avait ordonné ces changements, il savait déjà les conséquences de son acte. La venue de la commandante n’avait été qu’une question de temps, ce qui avait permis au roi de s’y préparer. Finissant sa lettre, il entendit soudainement les poings d’acier de la guerrière s’abattre sur son bureau. Comprenant la signification de cet avertissement, il posa le papier qu’il tenait entre ses mains et releva la tête pour regarder la jeune femme.
Ce qui surprit l’homme aux cheveux bleu fut l’état de la femme aux cheveux rouges. Sa peau brillait légèrement indiquant au roi qu’elle rentrait sûrement de son entrainement pour être trempé de sueur ainsi. Il reconnaissait cependant bien là, l’ancienne chasseuse de fée. Il l’avait remarqué depuis bien longtemps. Erza n’était pas le genre de femme à se changer et à se recoiffer pour se présenter devant lui. Elle vient toujours le voir comme si elle allait voir n’importe qui, faisant passer sa mission et son devoir avant son apparence. Il fit pourtant sorti de ses pensées par la voix cinglante de la guerrière.
J'ai eu vent que vous vouliez changer les tours de gardes, Majesté.
Par ses mots, la jeune femme confirma les suspicions du roi sur les raisons de sa venue. Il remarqua alors le regard noir qui lui était adressé. Mais si cela avait pu l’intimider au début, aujourd’hui, cette technique devenue habituelle pour l’ancien mage ne l’effrayait plus le moins du monde. Il ne pourrait sans doute même pas compter le nombre fois que la jeune femme lui avait adressé ce regard.
Je ne pense pas que ça soit à vous de choisir ce genre de choses mais plutôt à la personne qui est sensée se charger et programmer la protection de votre royal derrière. C'est à dire, moi.

Je ne vous laisserai pas échapper à ma surveillance et à ma fonction, Monseigneur.  

Le roi dut réprimer un petit sourire afin de ne pas offenser Erza mais surtout pour ne pas nourrir sa colère. Mais en effet, le roi était amusé. Le bleuté avait bien remarqué l’absence de la jeune femme aux conseils alors qu’il renouvelait régulièrement son invitation à venir y assister. Et ce n’était qu’une chose parmi tant d’autres. La guerrière faisait de nombreux efforts pour n’avoir que le strict minimum de mots à dire au roi. Et pourtant, elle était sûrement celle qui faisait le plus attention à sa sécurité. Elle était celle qui veillait sur lui presque jour et nuit. Elle était celle qui donnerait sûrement sa vie pour lui. Et tout ça à grâce à son honneur et à l’amour de sa patrie. C’était ce qui animait la jeune femme. C’était ce qu’avait vu Mystogan, c’était la raison pour laquelle il l’avait gardé au gouvernement et la raison pour laquelle Jellal lui faisait une totale confiance en terme de sécurité. Le roi soutenant toujours son regard finit par prendre la parole afin de lui répondre.
Commandant Knightwalker. Je ne comptais en aucun cas échapper à votre surveillance. Si j’ai, en effet, changé les tours de gardes, c’était afin de soulager les soldats. Je dois avouer que je trouve leur travail trop important. Nous sommes en temps de paix et le palais ne nécessite pas une surveillance lourde active nuit et jour. La nuit, nous pourrions réduire d’un quart les effectifs ce qui soulagerait vos hommes et ce qui ne réduirait quasiment pas la sécurité du périmètre. Et comme vous venez de le préciser, ces mesures sont prises afin de me protéger. Je pense donc pouvoir décider comment je souhaite l’être, et je ne pense pas que ma sécurité nécessite autant de mesures. Nous pourrions d’ailleurs discuter de vos tours de garde, commandant. Les soldats m’ont appris que vous preniez également de vos temps pour y participer. Peut-être un peu trop. Vous enchainez les rondes et les entrainements, or si vous accumulez trop de fatigue, cela ne sera en aucun cas bénéfique pour vous comme pour vos soldats.  
Jellal se tut finalement, souhaitant d’abord observer la réaction de sa subalterne. Il savait pertinemment que certains de ses propos allaient lui déplaire mais c’était ce qu’il pensait.




Voilà, désolé pour le temps de réponse :s Et si jamais, il y a quoique ce soit, n'hésite pas à me mpotter et je changerai

Gain d'xp: 8
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erza Knightwalker
Capitaine de la Seconde Division de l'armée
avatar
Crédits : (c) archanemy
Messages : 120
Date d'inscription : 28/12/2014
Age : 20
Localisation : Château d'Edoras

Fiche de mage
Magie / Arme: Magic Spear - Ten Commandments.
Niveau: 24
Expérience:
382/600  (382/600)

MessageSujet: Re: Hostilités paradoxales ft. Mystogan   Jeu 14 Mai - 22:15




Elle pouvait le jurer. Y mettre sa main à couper, s'il le fallait ! Ses lèvres avaient frémis, retenant un sourire insolent. Elle était sûre de l'avoir vu. Car bien qu'elle prétendait détester le souverain, elle le connaissait mieux que quiconque dans ce palais, exceptés Haru et Coco. Ses yeux le tenaient en rigueur toute la journée, la commandante avait appris par cette façon les moindres mimiques du Roi. De ses nombreuses manières de fonctionner. Et là, elle le savait : il était amusé. Amusé par la situation. Amusé par son regard meurtrier. Elle l'amusait. Et cette idée, ce constat même, la fit voir rouge. Plus encore qu'à l'instant où elle était entrée dans le bureau. Elle allait le tuer pour de bon ! Ses poings gantés de métal se serrèrent, faisant ainsi grincer la carcasse argentée. Heureusement pour lui, Erza avait déposé son Ten Commandments dans l'armurerie, soigneusement rangé dans un coin. Mais par précaution, elle avait toujours un fourreau sur elle avec une simple épée dedans. Dommage, ça serait sûrement moins douloureux. Après tout, c'était pour le peuple qu'elle le défendait. Pas pour le royal derrière de cette stupide tête couronnée. Elle jura entre ses dents, les joues en feu à cause de la colère. Pourquoi faisait-elle ça pour une société qui la détestait et la craignait plus encore que ce seigneur ?
Pourquoi ?

« Commandant Knightwalker. Je ne comptais en aucun cas échapper à votre surveillance. Si j’ai, en effet, changé les tours de gardes, c’était afin de soulager les soldats. Je dois avouer que je trouve leur travail trop important. Nous sommes en temps de paix et le palais ne nécessite pas une surveillance lourde active nuit et jour. La nuit, nous pourrions réduire d’un quart les effectifs ce qui soulagerait vos hommes et ce qui ne réduirait quasiment pas la sécurité du périmètre. Et comme vous venez de le préciser, ces mesures sont prises afin de me protéger. Je pense donc pouvoir décider comment je souhaite l’être, et je ne pense pas que ma sécurité nécessite autant de mesures. Nous pourrions d’ailleurs discuter de vos tours de garde, commandant. Les soldats m’ont appris que vous preniez également de vos temps pour y participer. Peut-être un peu trop. Vous enchaînez les rondes et les entraînements, or si vous accumulez trop de fatigue, cela ne sera en aucun cas bénéfique pour vous comme pour vos soldats. »

Alors là, c'était la meilleure. Après avoir -quasi- ri d'elle silencieusement, il la sous-estimait maintenant. Erza se redressa lentement, se tenant bien droite devant le bureau en bois sombre qu'elle effleura du bout des doigts. Ses bras vinrent se croiser sur sa poitrine protégée d'un lourd plastron et son regard coula vers le bas pour défier du regard Sa Majesté le roi d'Edolas aka l'homme le plus naïf et absurde du monde. Son visage se détendit lentement, effaçant les légères rides sur son front mais son regard ne changea pas le moins du monde. Sa bouche s'entrouvrit doucement dans un « o » interrogatif et l'un de ses sourcils se arqua. Sans rien dire, on pouvait pourtant clairement lire sur son faciès ce qu'elle voulait dire. Et ça se traduisait par un glacial « Ah oui, vraiment ? ».

Erza ferma les yeux quelques secondes qui lui parurent interminables. Elle tentait de prendre sur elle, de se calmer. En vain. Quand elle les rouvrit, elle lui cracha en même temps et avec rage sa réponse.

« J'ai fait ça de nombreuses années, avant même que vous n'osiez revenir dans ce monde ! J'ai été entraînée à ça, à subir et enchaîner rondes, entraînements, guerres et chasses aux fées ! Ne me sous-estimez pas trop, Majesté. Ce n'est pas à vous de vous en faire pour moi. Je suis forte. Mais c'est plutôt à votre garde rapprochée de se faire sérieusement du soucis pour vous. Vous êtes un enfant, un nouveau né sur le trône. L'ennemi est imprévisible. Votre père, Faust, a été la cause de lourdes pertes dans les pays voisins. Ils ne leur suffit que d'attendre de s'en remettre, de devenir plus fort et de constater que le Roi Jellal est incroyablement candide et enfantin, contrairement à son paternel, pour se venger ! Le danger est partout. Vous êtes aveugle. »

La commandante de la Seconde Division se tourna vers la fenêtre qui donnait sur la cour. Elle s'en approcha et regarda ses soldats en dessous en train de récupérer de leur entraînement. Comme elle, ils étaient aussi dans un sale état. Ses lèvres se pincèrent entre elles et l'écarlate haussa les épaules avant de reprendre, les yeux toujours fixés sur ses hommes.

« Je veux bien alléger leurs rondes, à eux. Ils ne sont pas encore assez endurcis. Mais ça sera provisoire. En revanche... »

Cette fois, elle lui fit de nouveau face, un air implacable et déterminé sur le visage.

« Ne comptez pas sur moi pour faire de même avec mes tours de garde. Au contraire. Et vous verrez que je suis capable de bien plus encore sans montrer une quelconque faiblesse ou signe de fatigue. »

Un demi-sourire plein d'insolence et de défi apparu sur ses lèvres. Ses sourcils froncés et son regard brillant démontrait toute l'arrogance et l'entêtement dont elle pouvait faire preuve. Et elle ne perdait jamais à ce genre de petit jeu.
Jamais.
Excepté, parfois, face au Roi.


désolééée pour la longue attente ;;

© Great Thief sur Epicode

Gain d'xp: 9
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mystogan
Roi d'Edoras
avatar
Crédits : Pep's / Erza <3 & me
Messages : 143
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 19
Localisation : capitale royale d'Edoras

Fiche de mage
Magie / Arme: Bâtons magiques
Niveau: 18
Expérience:
43/342  (43/342)

MessageSujet: Re: Hostilités paradoxales ft. Mystogan   Dim 7 Juin - 14:13

Alors qu’il était en train d’observer la jeune femme aux cheveux rouges, ce qu’il y vit ne le rassura guère. Il pouvait presque sentir l’air s’alourdir autour d’elle. S’il était en colère pour les changements qu’il avait fait, ce n’était rien en comparaison de ce qui était en train d’arriver. Elle aurait dû réagir dans la seconde, le contredire et le traiter d’idiot mais non, elle prenait son temps. Ce qui n’était pas réellement un bon signe.

J'ai fait ça de nombreuses années, avant même que vous n'osiez revenir dans ce monde ! J'ai été entraînée à ça, à subir et enchaîner rondes, entraînements, guerres et chasses aux fées ! Ne me sous-estimez pas trop, Majesté. Ce n'est pas à vous de vous en faire pour moi. Je suis forte. Mais c'est plutôt à votre garde rapprochée de se faire sérieusement du souci pour vous. Vous êtes un enfant, un nouveau-né sur le trône. L'ennemi est imprévisible. Votre père, Faust, a été la cause de lourdes pertes dans les pays voisins. Ils ne leur suffisent que d'attendre de s'en remettre, de devenir plus fort et de constater que le Roi Jellal est incroyablement candide et enfantin, contrairement à son paternel, pour se venger ! Le danger est partout. Vous êtes aveugle.

En entendant le ton qu’elle utilisait, il savait qu’elle était en colère mais c’était plus que ça. Elle était vexée et en écoutant progressivement ses paroles, il comprit que c’était à cause de lui. Enfin c’était forcément sa faute mais, là ce n’était pas ce qu’il avait voulu dire. Il ne la sous-estimait pas. Serait-elle en charge de sa sécurité si ce n’était pas le cas ?
Mais lorsqu’elle prononça son exploit de la chasse aux fées, son regard s’assombrit. Il n’avait pas été réellement un membre de Fairy Tail comme les autres puisque personne ne l’avait  connu réellement. Il avait toujours entretenu le mystère autour de lui et il ne venait que rarement au QG des fées. Cependant ils avaient tout de même été ses camarades. Natsu avait été celui qui lui a permis de restaurer la paix à Edoras en le faisant monter sur le trône. La guilde avait sauvé Edoras et il ne pourrait pas l’oublier. Comme il ne pouvait pas oublier les horreurs que la commandante avait fait subir à la guilde d’Edoras. Elle n’avait pas besoin de lui rappeler sa force et ses actions, elle était à son service mais il n’oubliait pas quel monstre, elle avait pu devenir pour son père. Mais le roi avait tenté d’oublier et de passer outre ses atrocités afin de la garder auprès de lui. Car justement, cette force qu’elle avait usé à mauvais escient restait tout de même un potentiel pour faire le bien.

La jeune femme n’avait cependant pas tort non plus. Il n’avait pas réellement eu l’éducation pour diriger un pays puisqu’il l’avait fui des années auparavant. Mais il trouva un peu de réconfort dans les paroles de sa seconde. Ce n’était certainement pas son intention car elle le voyait sûrement comme une critique mais lui, il ne voulait pas être son père. Lorsqu’Erza se déplaça, le roi la suivit du regard jusqu’à qu’elle se retrouve devant la fenêtre dans son dos. Il ne prit pas la peine de se retourner alors qu’elle reprenait la parole.

Je veux bien alléger leurs rondes, à eux. Ils ne sont pas encore assez endurcis. Mais ça sera provisoire. En revanche...


Il se retourna alors et la regarda se retourner à son tour. Les deux se faisaient à nouveau face tandis que le regard de l’un était plongé dans celui de l’autre. Il n’avait rien dit. Il la laissait ainsi exposer ses pensées mais il n’allait pas laisser ses paroles sans réponse.

Ne comptez pas sur moi pour faire de même avec mes tours de garde. Au contraire. Et vous verrez que je suis capable de bien plus encore sans montrer une quelconque faiblesse ou signe de fatigue.

Le roi ne savait pas réellement comment interpréter le sourire de la jeune femme mais il savait que celui-ci n’était pas amical. Sans doute, était-il de la provocation. Elle pensait avoir gagné. Mais voici que c’était au tour du roi de prendre la parole. Ce dernier fit le tour de son fauteuil afin de réduire les obstacles et la distance entre leurs deux corps. Son visage n’était pas froid mais il n’était pas chaleureux non plus. Il était simplement neutre. De même que sa voix.

Commandant Knightwalker, je ne pense pas avoir besoin d’un récapitulatif de vos exploits. Moi, ainsi que la plupart des citoyens de ce pays se souviennent de vos actes de guerre…

Son visage se détendit alors et même si un sourire n’apparaissait toujours pas, son regard se fit plus doux. Sa voix moins froide et dure brisa à nouveau le silence qui s’était installé durant quelques secondes.

Erza, je ne te sous-estime pas. Ma sécurité et ma vie sont entre vos mains. Vous êtes sans doute l’une des meilleures combattantes et l’un des meilleurs stratèges que connait ce pays. Vos conseils et votre travail m’ont toujours été utiles. Vous n’avez donc plus rien à prouver. Comme vous l’avez rappelé, votre réputation est faite. J’essaye actuellement de construire une paix durable pour ce pays ou personne n’aurait à mourir pour une histoire d’or ou de territoires. Et je n’ai certainement pas envie qu’un autre donne sa vie pour la mienne. Les changements que j’ai faits ne sont pas contre vous ou contre vos hommes. Et je ne cherche pas à créer de conflits entre nous.

Je veux donc bien vous laisser réorganiser les gardes comme bon vous semble. Il est normal que je sois concerné par le bien-être de mes soldats et d'un élément aussi essentiel que vous , non? Je ne serai pas un bon roi si je ne pensais qu'à mon confort exclusif. Donc ne sacrifiez pas le bien-être de vos hommes pour le mien, s’il vous plait.


Un mince sourire vint finalement étirer les lèvres du régent. Ce n’était pas un sourire victorieux ou provocateur. C’était un simple sourire amical qui avait pour but d’amadouer la belle aux cheveux rouges et ainsi d’apaiser sa colère. Le roi espérait réellement avoir réussi à calmer la commandante. Sa colère était sans doute légendaire mais aujourd’hui, le bleuté pensait avoir réussi à calmer le dragon qui sommeillait en elle. Il n’avait plus qu’à attendre sa réaction qu’il espérait positive.

Gain d'xp: 10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erza Knightwalker
Capitaine de la Seconde Division de l'armée
avatar
Crédits : (c) archanemy
Messages : 120
Date d'inscription : 28/12/2014
Age : 20
Localisation : Château d'Edoras

Fiche de mage
Magie / Arme: Magic Spear - Ten Commandments.
Niveau: 24
Expérience:
382/600  (382/600)

MessageSujet: Re: Hostilités paradoxales ft. Mystogan   Lun 13 Juil - 17:47




Elle espérait avoir gagné. Elle le pensait, même.
Son sourire audacieux se figea un long moment sur ses lèvres fines et gercées par les entraînements sous le soleil brûlant. Avec une lenteur calculée, ses bras se croisèrent sous sa poitrine vêtue d'un magnifique plastron signé Heart Kreuz. Parait-il qu'il en existait un autre aussi, venant d'Earthland. Et que son homologue, tout comme elle, vouait une passion pour ses créations. Mais là n'était pas le sujet. Quand l'ex-chasseuse de fées se retourna, le roi lui faisait face. Et il était près. Trop près. La jeune fille recula légèrement, bloquée ensuite par la fenêtre derrière elle. Un regard plein de mépris à l'attention du souverain alors que lui semblait complètement impassible et neutre. Un masque pour l'impressionner, pour lui prouver que ses mots ne l'ont nullement atteint ? Ou alors était-ce vraiment le cas ? Erza ne pu trouver de réponse dans ce regard vide et froid. Enfin, la bouche de Jellal s'ouvrit et il prit la parole après un long silence.

« Commandant Knightwalker, je ne pense pas avoir besoin d’un récapitulatif de vos exploits. Moi, ainsi que la plupart des citoyens de ce pays se souviennent de vos actes de guerre… »

Erza tiqua un instant. Plus tôt, elle aurait pu paraître comme étant fière de ses crimes or il n'en était rien. C'était une erreur de sa part alors qu'elle était encore en pleine rédemption et qu'elle le restera sûrement éternellement puisque de toute évidence la nécessité de tuer encore et encore ne s'arrêtera jamais de se présenter à elle. Sauf qu'à l'avenir, ce ne seront pas les innocents qui goûteront au fer froid de sa lance et à la saveur métallique du sang. Le commandant en avait fait le serment. Pour elle et pour Edoras. Et également pour son roi. Elle était bien obligée de plier le genou devant lui quelques fois et pour cette raison là encore plus que pour les autres.

Après un nouveau silence, la jeune fille observa l'expression de son supérieur. Toujours neutre mais elle aperçut les coins de sa bouche et les traits de son visage se détendre doucement. Même son regard se fit plus... Chaud ?

« Erza, je ne te sous-estime pas. Ma sécurité et ma vie sont entre vos mains. Vous êtes sans doute l’une des meilleures combattantes et l'un des meilleurs stratèges que connaît ce pays. Vos conseils et votre travail m'ont toujours été utiles. Vous n'avez donc plus rien à prouver. Comme vous l'avez rappelé, votre réputation est faite. J'essaye actuellement de construire une paix durable pour ce pays ou personne n’aurait à mourir pour une histoire d’or ou de territoires. Et je n'ai certainement pas envie qu’un autre donne sa vie pour la mienne. Les changements que j’ai faits ne sont pas contre vous ou contre vos hommes. Et je ne cherche pas à créer de conflits entre nous. »

Inconsciemment, chaque fibre de son corps se détendit. Ses poings se relâchèrent et son expression mauvaise fut troquée contre une autre, plus rare, qui démontrait une légère stupéfaction. En soit, ce n'était pas rare que le roi la complimente sur son travail. Mais ça semblait être comme un automatisme ou par pure politesse. Mais cette fois, ça semblait réellement sincère. Et une étrange sensation se répandit dans sa poitrine. Comme une vague de soulagement.

« Je veux donc bien vous laisser réorganiser les gardes comme bon vous semble. Il est normal que je sois concerné par le bien-être de mes soldats et d'un élément aussi essentiel que vous, non? Je ne serai pas un bon roi si je ne pensais qu'à mon confort exclusif. Donc ne sacrifiez pas le bien-être de vos hommes pour le mien, s’il vous plait. »

Elle, un élément essentiel ? Erza arqua un sourcil mais n'aborda aucune moue ronchonne. Elle se contenta de hocher simplement la tête. Mais le sentiment de victoire s'estompa. En vérité, il l'avait pris par les sentiments, une bonne carte pleine de vices. Un bon jeu. Pourtant, il lui accorda ses droits. Le commandant n'avait ni l'impression de défaite ni celle du triomphe.
C'était d'égal à égal. Match nul.

« Très bien, mon roi. »

Maintenant, ils allaient tous deux devoir attendre la belle. La revanche. Et étrangement, cette petite guerre sans violence et sans effusion de sang qui s'était installée entre eux dans leur quotidien lui plaisait. De plus en plus. L'ombre d'un sourire sembla passer sur le visage de la rousse. Puis, lentement, elle contourna le roi, courba gracieusement l'échine devant lui  avant de disparaître de son bureau aussi vite qu'elle était arrivée.


Encore pardon pour cette attente  

©️ Great Thief sur Epicode

Gain d'xp: 7
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pika-sama
Maître du Jeu
avatar
Crédits : Sirius
Messages : 3268
Inventaire : Banane
Date d'inscription : 10/07/2013
Localisation : Caché !

MessageSujet: Re: Hostilités paradoxales ft. Mystogan   Lun 13 Juil - 20:59

Félicitations pour avoir terminé votre rp !
Voici vos bonus :
- 45 points pour Erza (+15 pour avoir commencé)
- 30 points pour Mystogan

Ce sujet est verrouillé et rangé dans la partie des rp terminés !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fairy-reborn.forumactif.org
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Hostilités paradoxales ft. Mystogan   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hostilités paradoxales ft. Mystogan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hostilités paradoxales ft. Mystogan
» Ouverture des hostilités
» Lord Mystogan - Esprit Fantôme
» [10/02/2015] Le début des hostilités
» L’hostilité du Président René Préval envers les Masses Populaires.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Reborn :: Archives :: Rp terminés-